Accueil > Partenaires*Pro > Palm Protect > What’s new in Palm Protect ?

What’s new in Palm Protect ?

samedi 30 mai 2015 - Rédaction SNP


0n connaît la vraie hiérarchie du classement :

urgent - très urgent - trop tard ...!! 

En ce qui concerne PalmProtect nous sommes déjà dans le deuzio !!. Nous visitons régulièrement le site et nous ne trouvons aucun compte rendu du débriefing annoncé comme substantiel du  "Final Project meeting - Gran Canaria 19th-21st November 2014

Ce projet est géré par FERA* basée en Angleterre, ( whose overarching purpose is to support and develop a sustainable food chain, a healthy natural environment, and to protect the global community from biological and chemical risks)..........

La littérature scientifique sur ces sujets n’est pas toujours récente comme on peut le constater dans cet article sur Coconut/RPW/Kérala. Elle mériterait d’être actualisée et confirmée. Sur le site PPP quasiment aucune documentation accessible , deux squelettiques newsletter et donc aucun compte rendu de la réunion finale de novembre 2014 . Mais au-delà d’une nécessaire publication de travaux scientifiques, on est en droit de se poser des questions sur les nouvelles approches, les nouveaux produits, les nouvelles procédures pour lutter contre les ravageurs de palmier que PPP a permis d’obtenir. Sur ses contacts et les résultats de sa collaboration avec les industries phytosanitaires et du bio-contrôle,

Trois exemples de contributions que nous attend(i)ons de la recherche. 

1/ Les Washingtonia filifera and Chamaerops humilis sont-ils plus ou moins victimes du CRP ?

Abstrat :The red palm weevil, Rhynchophorus ferrugineus (Olivier) (Coleoptera, Curculionidae), is a widely distributed pest which has recently become the major pest of palms in the Mediterranean Basin. This weevil has been recorded on 19 different palm species, however, the host status of Washingtonia filifera and Chamaerops humilis remains unclear. The present study was carried out to check whether these species had either antixenotic or antibiotic mechanisms of resistance against this pest. Our results show that both W. filifera and C. humilis are resistant to R. ferrugineus. Resistance in W. filifera is based on antibiosis whereas in C. humilis resistance is based on antixenosis.

vocabulaire :

* L’antibiose est une interaction biologique entre deux ou plusieurs organismes qui porte préjudice à au moins l’un d’entre eux ou bien une association antagoniste entre un organisme et les substances métaboliques produites par un autre. Cette action à distance fait partie de l’amensalisme.

* L’antixénose est un type d’interaction biologique entre une espèce de plante et un organisme prédateur. Dans cette relation, qualifiée aussi de « non-préférence », la plante rejette le ravageur, par exemple un insecte, ou réduit les dommages qu’il pourrait lui causer, par différents caractères, morphologiques, physiologiques ou phénologiques, qui altèrent le comportement du ravageur et le portent à éviter la plante et à se tourner vers une autre espèce.

Un des auteurs de cet article est J.A.Jacas qui fait partie de PPP. (il était le rapporteur de la réunion des Canaries) aurait été bien inspiré à un moment ou les communes sont contraintes à des abattages considérables de phoénix et qu’elles pensent à remplacer, de leur donner des conseils scientifiquement fondés par une actualisation de son article de 2009 . Washingtonia filifera ou robusta ? ou hybryde ? rien ?

2/ le Beauveria Bassiana

En France la polémique fait rage . Les partisans du tout bio s’accommodent mal de l’efficacité déclinante des nématodes en préventif et de la nécessaire cohabitation avec l’imidaclopride, ils fondent donc tous leurs espoirs depuis des années sur ce champignon BB qui ne bénéficie toujours pas d’AMM dans la lutte contre le charançon. Pour faire progresser les habilitations et apprécier le réel potentiel de ce moyen de lutte, nous aurions bien besoin du secours de la recherche par exemple de l’université de Cordoba membre de PPP qui continue de screener les gènes de 53 souches de ce champignon......

3/ le piégeage

Est-il normal que depuis quatre ans, nos adhérents continuer à se poser la question de savoir s’ils ont bien fait d’acheter un piège. Se sont-ils tirés une balle dans le pied ? Quel serait l’intérêt du piégeage massif ? Le silence de l’administration et de ses conseils est incompréhensible alors même que nous savons qu’à l’étranger il en va autrement. Qui a tort, qui a raison ?

Pour conclure, nous nous interrogeons sur la coordination et le management de PPP . C’est de toutes façons un défaut de communication de leur part. Mais nous ne demandons qu’à être déjuger ou contredit et notre inculture scientifique nous vaudra sans doute quelques circonstances atténuantes. Enfin, pour connaître la partie franco-française du dispositif nous avons bien entendu pleinement conscience de son excellence.

www.fera.co.uk

Derniers articles

14 octobre, par Rédaction SNP

Concours Nikon’s microscopic photo : Le CRP à l’honneur

En l’honneur de la beauté et de l’importance scientifique des photos au microscope, le concours Nikon Small World rassemble chaque année les meilleures images et récompense les 20 meilleures œuvres.
Cette année marque le 44e (...)

8 octobre, par Rédaction SNP

Conférence SNP : restitution

Notre conférence du 28 septembre a finalement pu se tenir dans la salle des mariages (de bon augure peut-être ?) de la mairie de la Farlede où nous avons été accueillis royalement par le Maire, le docteur Raymond ABRINES et (...)

8 octobre, par Rédaction SNP

La panne d’inspiration ?

C’est vrai, l’acronyme est le grand souci des communicants. CAVEM, ARECAP pas facile d’en faire un titre pour décrire une action ou une ambition.
Fallait-il pour autant nous piquer notre nom alors même que SNP a vu le (...)

Edito

Edito de septembre 2018

14 octobre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avions prévu de terminer ce mois de septembre par une réunion de professionnels et de collectivités pour faire un point complet réglementaire et technique sur les ravageurs de palmiers. Les gendarmes du golf hôtel à Hyères avaient accepté de nous recevoir car ils sont très investis dans la défense de leur patrimoine palmiers et ils accueillent depuis des années les formations Art. 15 de la chambre (...)