Accueil > Documentation > Lanceur d’alerte > Wanted.... Paysandisia Archon

Wanted.... Paysandisia Archon

mercredi 14 mars 2018 - Rédaction SNP

Ça y est, BIOLINE vient d’alimenter son application GEOINSECTA en y incluant le Paysandisia archon après une autre calamité, la Pyrale du buis (Cydalima perspectalis). On pourra donc dans quelques semaines procéder à des signalements et recevoir ceux des membres du réseau, pour la même commune. L’apport essentiel de cette application est la mobilisation des différents acteurs mais aussi la détection précoce de la présence de ce ravageur particulièrement importante dans la perspective de traitements 100 % bio.

 Il faut donc que tous nos adhérents s’inscrivent à cette application gratuite iPhone et Android prennent en main le problème du papillon palmivore Paysandisia archon et défendent ainsi les patrimoines publics et privés essentiellement de Trachycarpus fortuneï, Chamaerops humilis, Phoenix canariensis, se rapprochent de leurs mairies respectives pour demander la promotion de cette application sur le site de la ville.

Dans un prochain post nous aborderont la question ( qui n’est volontairement pas traitée par Géoinsecta) des traitements à mettre en œuvre contre ce ravageur.

 

Portfolio

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)