Accueil > Documentation > Préconisation de traitements > Viva Corsica.....(suite)

Viva Corsica.....(suite)

dimanche 10 mai 2015 - Rédaction SNP

Lors de notre déplacement en Corse en janvier dernier, invité par la FR3 ViaStella http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article1046 nous avons rencontré les responsables du service espaces verts & développement durable d’Ajaccio. Nous avions été impressionnés par leur connaissance du dossier CRP et par leur détermination à ne pas laisser leur patrimoine palmiers disparaître à tout jamais. À peine quelques semaines après la confirmation de l’élection du nouveau maire Laurent Marcangeli , le conseil municipal, lors de sa séance du 27 avril, a décidé à l’unanimité de traiter 301 palmiers de la ville avec la stratégie 3 ( Micro injection produit Revive).

Bravo Mr le Député-Maire, il fallait faire absolument quelque chose rapidement. Nul doute que l’insularité vous a épargné les débats scabreux qui paralysent la lutte actuellement dans certaines communes du continent.

La ville d’Ajaccio devient la championne de France de la préservation de son patrimoine palmier en traitant avec cette nouvelle stratégie innovante ses sites les plus sensibles et les plus fréquentés. Notons aussi, qu’en avance là aussi, la région Corse par un arrêté du 15 janvier 2015 avait classé toute la ville zone contaminée à traiter préventivement.

On ne va pas faire dans le lyrisme napoléonien mais franchement c’est impérial .......

 

Revue de Presse :

http://www.corsematin.com/article/ajaccio/la-traque-du-charancon-rouge-du-palmier-sintensifie-a-ajaccio.1803458.html

Derniers articles

19 mai, par Rédaction SNP

Newsletter - édition 34

Croissance respective des bambous grands adversaires des vis-à-vis....
http://palmvrienden.net/frlapalmeraie/2018/05/a-quelle-vitesse-le-bambou-pousse-t-il/

Edito

Edito d’avril 2018

6 mai, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avons poursuivi notre lobbying au bon sens du terme pour plaider l’évidence du maintien pour moins de 24 mois encore du seul phytosanitaire à notre disposition, en l’absence, espérons-le provisoire, de solutions biologiques de remplacement. Quasiment impossible de mobiliser la presse face aux grands censeurs de l’écologiquement correct.....
Nous avons donc saisi à deux reprises la Direction (...)