Accueil > Revue De Presse > Visite éclair d’un ministre pas très ...."clair"

Visite éclair d’un ministre pas très ...."clair"

dimanche 9 février 2014 - Rédaction SNP


Au-delà de l’avenante posture du personnage, nous sommes pour le moins "disappointed" par ses déclarations (nous avons l’ intégralité de celles-ci) . Déclarer que des produits efficaces ont été retirés car nocifs, n’est pas exact. Nous n’avons malheureusement qu’un seul insecticide qui n’a pas été retiré, nous travaillons toujours dans le cadre de l’arrêté du 21 juillet 2010 et celui du 9 décembre 2013 qui a bien confirmé que l’insecticide Confidor reste autorisé (pour les professionnels).
Que déclare le ministre....
VAR MATIN 8/02


Mais a-t-il oublié sa lettre du 6 novembre et celle de son directeur général du 12 novembre ? une solution existe représentée par un nouveau produit , pour la France, Emamectine Benzoate en endothérapie (on ferait mieux de parler d’une extension d’usage) pour lequel nous sommes suspendus depuis six mois à l’avis de l’agence de sécurité sanitaire ANSES.


Nous sommes trés bien informés : à horizon de 5 ans, il n’y a aucune solution alternative proposée . Monsieur Le Foll vous ne pouvez pas l’ignorer.
Apparemment, notre bouillant ministre a autant de difficulté à faire travailler l’ANSES et qu’à obtenir des résultats de la recherche française ( INRA, CIRAD, IRC, CNRS et consorts) et européenne (Palm Protect).
Parce que là, pas d’avis de tempête aucune inondation documentaire à craindre !!

Portfolio

Derniers articles

18 novembre, par Rédaction SNP

Tous à Monaco.... le 15 décembre

Désormais régulières ces rencontres à l’initiative de la direction de l’aménagement urbain de la principauté * élaborées en collaboration avec Robert Catellana Listephoenix, l’association des Fous de Palmiers et SNP permettent de (...)

Edito

Edito , octobre 2017

2 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Depuis un mois nous avons réussi à mettre au point une position cohérente harmonisée avec les "Fous de Palmiers" vis-à-vis de l’administration centrale française, en particulier concernant une vision commune de l’éventuelle réforme de la réglementation en réponse au "lâchage" de la Commission Européenne. Nos deux associations ont convenu de conduire une campagne de communication sur ce sujet. Ensemble, nous (...)