Accueil > L’association > Nos missions > Une nouvelle initiative de SNP : le vrai piégeage

Une nouvelle initiative de SNP : le vrai piégeage

mercredi 7 octobre 2015 - Rédaction SNP


A SNP on ne fait pas semblant dans la guerre aux charançons. C’est la raison pour laquelle dés 2012 nous avons fait la promotion de l’installation de nos fameux pièges chinois chez nos adhérents. Nous en avons vendu une cinquantaine. Retours d’expérience sans réserve, nos pièges marchent très bien (l’Inra Versailes en a commandé directement ).


 Rappelons leurs qualités :


* ils ont bien la forme du palmier


* ils s’installent à hauteur d’homme suspendus à bonne distance des stipes


* les phéromones d’une grande efficacité sont auto-suffisantes, ce qui fait l’économie des synergistes.


* last but not the least, leur prix : 25 € et dans ce chiffre il y a une prime substantielle pour aider au fonctionnement de votre association.


 Au fil des mois, nous avons constaté l’évolution très positive du comportement de nos adhérents dans cette lutte. La détention d’un piège est un comportement actif. Ceux qui ne faisaient pas ou peu de prévention ont très vite changé d’attitude au constat de l’importance des prises et ce premier instrument d’une stratégie de Biocontrôle est entré dans les mœurs chassant les arguments anciens fondés sur une forme "d’autisme".....


Mais nous avions le souci de proposer aussi aux adhérents les meilleures phéromones du marché. Nous y sommes parvenus avec le premier fabricant européen de phéromones le français M2I Biocontrol, qui nous a procuré à des conditions exceptionnelles son meilleur produit qui vient d’être mis au point pour des clients israéliens qui en général ne sont pas les moins exigeants. Pour 12 € en dégageant aussi une prime au profit de SNP nous pouvons encore vous offrir le meilleur du marché.


En documents annexes, le bordereau de livraison, une notice technique d’emploi ( vous y relèverez une durée d’efficacité allant jusqu’à 120 jours) , la très technique fiche FDS.


 Nous attendons vos commandes, c’est vraiment une affaire


1 piège 25 €, sa phéromone 12 €

NB : Signalons tout de même, que la réglementation française ne retient pour l’instant que la notion de "monitoring" à savoir : l’utilisation du piégeage pour contrôler la présence et le volume de populations de charançons rouges. Il en va différemment à l’étranger ou le piégeage massif est un moyen d’éradication. Nous n’avons pas de retour d’expérience précis sur ces politiques. C’est la raison pour laquelle nous militons pour que le ministère accepte dans le cadre d’une procédure dite "DEMANDE D’AUTORISATION DE DISTRIBUTION POUR EXPERIMENTATION (ADE) que des essais soient réalisés sur notre territoire.

Portfolio

Derniers articles

22 juillet, par Rédaction SNP

Liste des produits de bio Controle

Une innovation en sous-catégorie la liste des produits EAJ. Il était temps .... Il reste cependant à expliquer à nos adhérents la cohérence avec la liste ITAB utilisable en agriculture biologique. (...)

22 juillet, par Rédaction SNP

Latania N°39

https://fr.calameo.com/read/004158699900fac65980d
En route pour les jardins de la Réunion bien sûr, mais aussi de l’île Maurice, de la Tasmanie, de l’Afrique du Sud. au-delà du monde des palmiers faire aussi connaissance des (...)

16 juillet, par Rédaction SNP

Adopter la Vigilance Attitude pour CRP & PA

En septembre 2017 nous vous avons signalé l’apparition de cette application lanceur d’alertes. Le démarrage n’a pas été à la hauteur de nos espérances. il faut dire que les mairies que nous avons approché pour leur dire tout (...)

Edito

Edito de juin 2018

13 juillet, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Vous connaissez l’aphorisme "le pire n’est jamais sûr" on va s’y accrocher. Pourtant le 1er septembre c’est demain date-butoir de l’utilisation du Confidor. Nous n’avons aucune nouvelle de notre demande article 53 de prorogation 120 jours de l’usage de ce produit.
On a le sentiment que les lobbys écologistes sont tellement puissants dans notre pays que rien ne peut résister à leurs péremptoires (...)