Accueil > État sanitaire, progression des infestations > Une île (dés)enchantée : Porquerolles (83)

Une île (dés)enchantée : Porquerolles (83)

lundi 27 octobre 2014 - Rédaction SNP

Quand on ne regarde plus la mer, on découvre atterré le spectacle catastrophique d’un important patrimoine de phœnix en déshérence. Palmiers publics ou privés sont en voie de disparition. Comment, d’abord dans une île, le joyau du plus grand département touristique de France a-t-on, à ce point été négligents contrairement à tous les engagements et les déclarations de circonstance des décideurs politiques depuis des années ?

Comment dans un marché immobilier de niche ou le mètre carré doit dépasser 15000 € /M2 a-t-on laissé des palmiers sans protection, sans soin, sans compétence ? par manque d’argent ?

Alors que les membres de notre association ont prouvé depuis trois ans avec des moyens financiers contrôlés qu’en appliquant sérieusement les dispositions tout simplement légales de l’arrêté de juillet 2010 on pouvait protéger son patrimoine avec un taux de casse très faible.

 Un dernier espoir : pour faire oublier leur impéritie que les pouvoirs publics et les propriétaires privés sauvent ce qui peut encore l’être en mettant en œuvre la stratégie 3 de ce même arrêté par un recours massif au traitement par micro-injection et utilisation du produit Revive à forte rémanence et en évitant surtout de se lancer dans des expérimentations qui ne présentent aucune garantie de résultat comme toute expérimentation d’ailleurs...... il n’est plus temps de prendre le moindre risque avec des produits non autorisés.

 

 

Portfolio

Derniers articles

9 décembre, par Rédaction SNP

Les délices du réglementaire......

Les jardiniers amateurs à la diète : A l’exception des produits de biocontrôle, à faible risque ou dont l’usage est autorisé en agriculture biologique, tous les produits de la gamme amateur seront réservés à partir du 1er (...)

Edito

Edito d’octobre 2018

12 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Sans l’avoir voulu nous sommes récompensés d’avoir un peu tardé dans la sortie de cet édito. Les 15 grands élus que nous avions solennellement saisi de graves difficultés consécutives à la suppression du Confidor et à l’abandon européen de la lutte obligatoire contre le CRP semblaient totalement insensibles à notre cause.
Sauf un, le Maire de Menton : (...)