Accueil > Documentation > L’endothérapie & Syngenta > Un peu de technique..., un avis signé du DG de l’ANSES

Un peu de technique..., un avis signé du DG de l’ANSES

samedi 30 juin 2012 - Rédaction SNP


Cet avis a pour objet de répondre à deux questions fondamentales concernant endothérapie :
1/ Exposition des personnes et impact sur l’environnement


2/ Efficacité dans la lutte contre le CRP
Sur la question numéro 1 : l’innocuité
la conclusion de l’Anses est définitive :
"Le mode d’application par injection de produits de ce traitement contre le charançon rouge dans le stipe du palmier est de nature à rendre négligeable l’exposition des personnes vivant ou circulant au voisinage "des palmiers traités ainsi que celle des organismes de l’environnement, notamment les pollinisateurs."
Dans ces conditions, nous ne pourrons plus tolérer le moindre débat autour de la polémique sur la dangerosité de l’endothérapie. Je vous rappelle qui est l’ANSES.


 !
Sur la question numéro 2 : l’efficacité
A première lecture, on retient une impression d’avis un peu réservé. Mais entrons dans le détail : la pratique est citée comme très habituelle en Espagne et en Italie. 
En Espagne l’ efficacité est considérée comme bonne en regrettant le manque d’études in situ. Mais le rédacteur reconnaît l’absence de recherche bibliographique exhaustive. Mais que n’a-t-il interrogé son confrère français Michel Ferry qui n’est présent dans la biographie que pour un article avec deux chercheurs espagnols alors même qu’il a beaucoup écrit en langue française ? 


Donc pour l’Espagne nos voisins sont contents mais ils ne le disent pas assez ......

Pour l’Italie tout semblait parfait sans l’arrivée de la fusariose qui a tué un bon nombre de palmiers de l’expérimentation. Nous ne sommes pas des scientifiques mais cette maladie connue en Algérie depuis 1898 est due au champignon Fusarium oxysporum des solutions y compris bio existent, l’origine semble être avant tout dans une mauvaise désinfection des outils de coupe.

L’impression d’ensemble sur ce paragraphe 3.1 est qu’il aurait du être plus documenté pour des pratiques qui ont bien plus de trois ans dans deux grands pays mitoyens.Pour la défense du rédacteur le délai fixé un mois est particulièrement court.

Dans son annexe, l’avis comporte des renseignements très intéressants sur les différentes molécules qui auraient pu être mises en oeuvre, ainsi que des recommandations sur le suivi de l’expérimentation.

En résumé, un document clair et efficace.


Derniers articles

16 février, par Rédaction SNP

Le département 83 attentif aux palmiers

Mieux vaut tard que jamais... c’est la première fois depuis 2012 que nous recevons une marque d’intérêt du département, a l’exception du subliminal comité de pilotage CRP du Var.
Mais restons positifs, sachant que les (...)

15 février, par Rédaction SNP

Le charançon de l’Agave

Ça devient sérieux...... et signalé partout plus ou moins dans le Var. il faut à minima faire des déclarations en FREDON.
Le subito insecticide à base de pyréthrinoïdes de facto en vente libre semble assez efficace au (...)

15 février, par Rédaction SNP

BIOASSAYS, AGRINT, SNP grandes manœuvres dans le 06

Satisfaction de constater que Nice-Matin reprend dans ses grandes lignes l’article de Var Matin sur ce procédé. SNP avec l’appui de BIOASSAYS commence à former des professionnels et d’approcher des communautés d’agglomération (...)

Edito

Edito de janvier 2019

15 février, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Toujours dans un souci de transparence je vous livre ici synthèse de mon intervention le 11 février à la DGAL de Vaugirard à une très importante réunion de concertation sur les suites du rapport ANSES sur le CRP, accompagné de la vice-présidente de l’association.
Remarque préliminaire importante :
Nous constatons partout en zone méditerranéenne une spectaculaire recrudescence du Paysandisia (...)