Accueil > Progression des infestations > Un bilan calamiteux et provisoire

Un bilan calamiteux et provisoire

samedi 7 mars 2015 - Rédaction SNP


http://draaf.paca.agriculture.gouv.fr/Situation-sanitaire-en-PACA

Sous nos yeux, le tableau de l’échec de la politique française de prévention de l’action des ravageurs de palmiers et de mise en œuvre des stratégies 1 et 2 de l’arrêté du 21 juillet 2010. 

les chiffres publiés sont particulièrement contestables, car ils sont établis, non par des constats de l’autorité publique, mais par des déclarations volontaires des propriétaires. Ces derniers ont compris assez rapidement que leurs déclarations auraient de significatives conséquences financières et ils se sont souvent abstenus. Ceci est très regrettable, mais aussi compréhensible. Personne ne s’est beaucoup de soucié du portefeuille des propriétaires privés.

Donc 13 000 morts depuis le début ? probablement au moins le double...et depuis l’été dans le 06 c’est un carnage,
 

Derniers articles

25 mai, par Rédaction SNP

Beauveria bassiana souche NPP111B005 : avis sur l’AMM

lien : http://www.sauvonsnospalmiers.fr/le-beauveria-ca-se-precise.html
L’avis de l’ANSES et l’AMM délivrée pour la préparation Ary-0711b-01 à base de la souche de microorganisme Beauveria bassiana souche NPP111B005, de la (...)

22 mai, par Rédaction SNP

Newsletter n°14

Nous évoquons très volontiers nos excellentes relations avec cette association société savante du monde palmophile. Notre mission est par nature beaucoup plus militante au service de tous les propriétaires de palmiers même (...)

Edito

Edito d’avril 2018

6 mai, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avons poursuivi notre lobbying au bon sens du terme pour plaider l’évidence du maintien pour moins de 24 mois encore du seul phytosanitaire à notre disposition, en l’absence, espérons-le provisoire, de solutions biologiques de remplacement. Quasiment impossible de mobiliser la presse face aux grands censeurs de l’écologiquement correct.....
Nous avons donc saisi à deux reprises la Direction (...)