Accueil > État sanitaire, progression des infestations > Un bilan calamiteux et provisoire

Un bilan calamiteux et provisoire

samedi 7 mars 2015 - Rédaction SNP


http://draaf.paca.agriculture.gouv.fr/Situation-sanitaire-en-PACA

Sous nos yeux, le tableau de l’échec de la politique française de prévention de l’action des ravageurs de palmiers et de mise en œuvre des stratégies 1 et 2 de l’arrêté du 21 juillet 2010. 

les chiffres publiés sont particulièrement contestables, car ils sont établis, non par des constats de l’autorité publique, mais par des déclarations volontaires des propriétaires. Ces derniers ont compris assez rapidement que leurs déclarations auraient de significatives conséquences financières et ils se sont souvent abstenus. Ceci est très regrettable, mais aussi compréhensible. Personne ne s’est beaucoup de soucié du portefeuille des propriétaires privés.

Donc 13 000 morts depuis le début ? probablement au moins le double...et depuis l’été dans le 06 c’est un carnage,
 

Derniers articles

20 mars, par Rédaction SNP

Congrès AMPP Veillée d’armes

Communiqué de Presse
Madame, Monsieur,
Une délégation franco-italienne se rendra au Congrès de l’Association Marocaine de Protection des Plantes (Rabat 26-27 mars 2019), afin de présenter un état des lieux sur la lutte en (...)

13 mars, par Rédaction SNP

En pays Varois ....

Merci à ce support de Presse régional en pleine « remontada » de nous accueillir à nouveau pour présenter cette nouvelle technologie de détection très en amont des attaques de ravageurs. L’affaire commence à s’ébruiter puisqu’un (...)

Edito

Edito de février 2019

10 mars, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Retenons la date du 11 février 2019 , celle de la grande réunion de concertation organisée à la DGAL. Nous avons pu très correctement nous exprimer pour dire synthétiquement :
- Toute nouvelle réglementation doit également porter sur le papillon Paysandisia Archon
- Il faut donner un cadre légal même dérogatoire au piégeage massif qui est explicitement recommandé par l’ANSES. Le ministère doit ensuite (...)