Accueil > État sanitaire, progression des infestations > Un bilan calamiteux et provisoire

Un bilan calamiteux et provisoire

samedi 7 mars 2015 - Rédaction SNP


http://draaf.paca.agriculture.gouv.fr/Situation-sanitaire-en-PACA

Sous nos yeux, le tableau de l’échec de la politique française de prévention de l’action des ravageurs de palmiers et de mise en œuvre des stratégies 1 et 2 de l’arrêté du 21 juillet 2010. 

les chiffres publiés sont particulièrement contestables, car ils sont établis, non par des constats de l’autorité publique, mais par des déclarations volontaires des propriétaires. Ces derniers ont compris assez rapidement que leurs déclarations auraient de significatives conséquences financières et ils se sont souvent abstenus. Ceci est très regrettable, mais aussi compréhensible. Personne ne s’est beaucoup de soucié du portefeuille des propriétaires privés.

Donc 13 000 morts depuis le début ? probablement au moins le double...et depuis l’été dans le 06 c’est un carnage,
 

Derniers articles

25 février, par Rédaction SNP

L’impossible "en même temps......"

Ce n’est pas sans amertume que nous lisons cette dépêche en anglais (tiens pourquoi) qui nous informe des "regrets" du directeur général de l’ANSES du retrait de l’imidaclopride "an effective product to combat the red palm (...)

23 février, par Rédaction SNP

Créations paysagères en Côte d’Azur

Nul doute que le palmier restera l’honneur....
Le Festival des Jardins aura lieu du samedi 27 mars au dimanche 28 avril 2021. Le Conseil départemental des Alpes-Maritimes lance un concours de créations paysagères sur le thème (...)

Edito

Edito de janvier 2020

21 février, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Il faut l’admettre, nous sommes à la peine et avons énormément de difficultés à mobiliser les collectivités locales de PACA et d’Occitanie pour prendre leur destin palmier en main. En dehors de la prestigieuse exception de Cannes avec laquelle nous collaborons à préparer , pour le 30 avril 2020, un formidable colloque, nous constatons une sorte de démission collective. Mais on a pas dit notre (...)