Accueil > Poésie & Littérature & Culture & Art de Vivre > Un autre point de vue sur Sago Worm

Un autre point de vue sur Sago Worm

dimanche 10 janvier 2016 - Rédaction SNP

January 8, 2016
Sago Worm

The sago worm is the larval stage of the red palm weevil (Rhynchophorus ferrugineus). Sago worms have been enjoyed fried or fresh in Malaysia to Paupa New Guinea. They may also be boiled (as in soups) or canned.
Raw they are “creamy tasting,” and cooked they are professed to taste like meat or bacon. Roasted sago worms are also pulverized to create sago flour. The larval worms are quite large ; they grow to six or seven centimeters dwarfing the parent beetle which usually maxes out at five.
These insects were originally isolated to Southeast Asia, but international trade have spread them throughout the tropics. In particular, they have come to damage the commercially important coconut palm (Cocos nucifera) and date palm (Phoenix dactylifera) crops. The action of the palm weevil larvae have damaged harvests as well as lesser known but agriculturally important areca nut palm betel palm (Areca catechu), sugar palm (Arenga pinnata), Asian palmyra palm (Borassus flabellifer), African oil palm (Elaeis guineensis), true sago palm (Metroxylon sagu).
Their range now includes Africa, Mediterranean countries–including Spain and France–, the Middle East, and United States. Red palm weevils now affect half of all date-producing countries. They feed on date palms proper as well as related trees Canary Island date palm (P. canariensis) and silver date palm (P. sylvestris).
While the spread of red palm weevil is met with contempt by palm producers, its arrival also signals the cheap, plentiful protein. As with eating insects in general, insect cultivation uses a fraction of the water, requires less feed, and occupies a tiny fraction of the land to produce meat from livestock. Insects in the diet even excel when it comes to supplying iron, phosphorous, potassium, zinc, and certain amino acids.

Grace à Google Traduction pour les entreprises

Le ver de sagou est le stade larvaire du charançon rouge (Rhynchophorus ferrugineus). les Vers Sago sont appréciés frits ou frais en Malaisie à la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Ils peuvent aussi être bouillis (comme dans les soupes) ou en mis en conserve.
Crus ils sont d’une « dégustation crémeuse," et cuits au goût de viande ou de bacon. Les larves grillées sont également broyées pour créer la farine de sagou. Les larves sont assez grandes jusqu’à six ou sept centimètres, plus grande que l’insecte adulte qui culmine 5 cm.

Ces insectes ont été isolés à l’origine en Asie du Sud, mais le commerce international l’a répandu dans les tropiques. En particulier, ils sont venus à endommager des palmiers commercialement importants tel de cocotier (Cocos nucifera) et le palmier dattier (Phoenix dactylifera). L’action des larves du charançon a endommagé ces récoltes ainsi que moins connu, l’agriculture de la noix d’arec palmier bétel (Areca catechu), sucre de palme (Arenga pinnata), rônier asiatique (Borassus flabellifer), le palmier à huile (Elaeis guineensis) , vrai sagou (Sagoutier).

Sa présence comprend maintenant l’Afrique, y compris les pays méditerranéens Espagne et France-, le Moyen-Orient et aux États-Unis. Les Charançons rouges du palmier affectent désormais la moitié de tous les pays producteurs de dattes. Ils se nourrissent de palmiers dattiers ainsi que des variétés connexes (P. canariensis) et (P. sylvestris).

Alors que la propagation du charançon rouge des palmiers est suivie avec horreur par les producteurs de palmiers, son arrivée marque aussi la possibilité d’une protéine abondante pas chère. Comme manger des insectes en général ? la culture de l’insecte pratiquement pas d’eau, nécessite moins d’aliments, et occupe une infime fraction de la terre pour produire autant de viande que celle provenant de l’élevage. Les insectes constituent un régime alimentaire excellent en ce qui concerne la fourniture de fer, phosphore, potassium, zinc, et certains acides aminés.

Commentaires SNP :

 0bservations nutritionnelles intéressantes mais un peu trop tendance pour ne pas devoir être vérifiées. 

 L’extension planétaire de ce ravageur menace gravement l’économie de pays émergents. Comme nous l’avons quelquefois entendu, il ne s’agit plus de caprices exotiques de bourgeois européens du XIXe siècle. Il faut que toute la Recherche se concentre sur une régulation de ces ravageurs, respectueuse de l’entomophone . Dans un premier temps le couplage piégeage massif et insecticide par injection actif par ingestion constitue semble-t-il une base solide. Au-delà, les progrès considérables enregistrés récemment dans la connaissance des facultés sensorielles de ces ravageurs doivent permettre d’ouvrir d’autres voies.

 


 

Derniers articles

16 janvier, par Rédaction SNP

Pays des Alpes-Maritimes : Magazine hebdomadaire d’information

Ce magazine hebdomadaire très connu dans le département nous fait l’honneur d’un article sur nos rencontres de Monaco du 15 décembre conduites par Listephoenix associée aux "Fous de Palmiers" et SNP. Nous en remercions (...)

11 janvier, par Rédaction SNP

Le feuilleton niçois, nouvel épisode

La mairie de Nice ( et Nice-Matin) se rendent donc à l’évidence la ville ne respecte pas la réglementation ( voir portfolio).
Christian Estrosi peut toujours interpeller Nicolas Hulot, pourquoi ne l’a-t-il fait plus tôt ? (...)

8 janvier, par Rédaction SNP

Porquerolles : le coffre-fort de la biodiversité

https://youtu.be/fLsjYnWQuL4
http://www.cbnmed.fr/pres/index.php http://www.cbnmed.fr/pres/index.php
Cette vidéo a été réalisée par l’équipe de la conservatrice Sylvia Lochon-Menseau avec laquelle le PNPC collabore pour (...)

Edito

Edito de décembre 2017

5 janvier, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Dernier édito de l’année, date limite pour commenter un événement phare de 2017 : l’important rapport de l’ANSES sur la politique conduite par la communauté d’agglomération CAVEM (Var Est) dans la lutte contre le CRP. Nous l’avons publié dès sa sortie le 8 décembre, en annonçant que nous réservions nos commentaires pour laisser aux responsables de la CAVEM le temps de faire les leurs. (...)