Accueil > Revue De Presse > L’Europe, l’Afrique, le Monde > Les pratiques dans les autres pays > Tunisie, CRP, volontarisme affiché

Tunisie, CRP, volontarisme affiché

jeudi 28 janvier 2016 - Rédaction SNP

Actualité > Economie - Tunis
Un numéro vert pour signaler la contamination des palmiers par le charançon rouge

Un numéro vert, le 80101856, vient d’être mis à la disposition des citoyens, par le ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche pour signaler la contamination des palmiers d’ornementation par le charançon rouge, un ravageur redoutable des palmiers.

"Ce numéro nous aidera à intervenir, le jour même ou le lendemain, pour limiter la menace de cet insecte, resté actif notammentdans le Grand Tunis, à cause de la prolongation de la période du temps chaud", a indiqué Fethia Hellali, sous-directrice au service de contrôle phytosanitaire au ministère de l’Agriculture. "Dès ce matin, nous avons reçu des appels de la part des citoyens", a-t-elle souligné.

Le département de l’Agriculture a localisé toutes les zones dont les palmiers sont atteints dans le Grand Tunis, à l’Ariana, à Utique (Bizerte) et récemment à l’hôpital Errazi à La Manouba, a précisé Hellali à l’agence TAP

Une campagne d’endothérapie, un traitement préventif de lutte contre la propagation du charançon rouge, sera bientôt lancée avant de la généraliser à tous les palmiers du Grand Tunis, a-t-elle encore annoncé.

Cette campagne démarrera à La Manouba, en coordination avec le Commissariat régional de l’agriculture, "parce que la région est située, en quelque sorte, au centre (entre Tunis, Ariana et Bizerte), ce qui va permettre d’empêcher de nouvelles atteintes par le charançon rouge dans le voisinage", d’après la responsable.

En plus de l’endothérapie, le ministère de l’Agriculture compte aussi recourir au broyage des palmiers atteints.

La contamination au charançon rouge peut être détectée à travers la présence de suintements liquides bruns et visqueux qui ponctuent les orifices perforés par les grosses larves à la base des palmes. Le stade final de l’attaque se caractérise par l’affaissement et le dessèchement brusque des palmes selon l’Institut national de la recherche agronomique de Tunisie.

Commentaires SNP :

Nous avions eu cette idée au comité de pilotage CRP PACA. Comme à peu près toutes celles que nous avions émises, elles n’ont pas été retenues. D’ailleurs, rien n’a été retenu puisque ce comité est resté en l’état de groupes de travail inachevés depuis mai dernier et n’a rien publié. L’idée même du pilotage au niveau régional de la lutte contre les ravageurs qui est notre leitmotiv, semble exclue par la DRAAF , rejoint par la nouvelle présidence du Conseil Régional PACA.

Nous cherchons à interroger Fethia Hellali, sous-directrice au service de contrôle phytosanitaire au ministère de l’Agriculture tunisien, sur cette procédure de Nº vert ainsi que sur la campagne d’endothérapie décidée en parallèle avec certainement un suivi, ce que l’administration française s’est bien gardée de faire, au nom sans doute d’un confortable principe de neutralité, alors même qu’elle aurait du selon nous, mettre tout cela au banc d’essai en faisant de plus payer les firmes. Fugget About It !

Derniers articles

19 novembre, par Rédaction SNP

Qu’est-ce que le push and pull ?

Intéressante communication de cette organisation internationale et de son programme ICIPE de maîtrise biologique d’un ravageur apparemment extrêmement redoutable à l’échelle du continent africain. Pourquoi de telles technologies (...)

18 novembre, par Rédaction SNP

Tous à Monaco.... le 15 décembre

Désormais régulières ces rencontres à l’initiative de la direction de l’aménagement urbain de la principauté * élaborées en collaboration avec Robert Catellana Listephoenix, l’association des Fous de Palmiers et SNP permettent de (...)

Edito

Edito , octobre 2017

2 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Depuis un mois nous avons réussi à mettre au point une position cohérente harmonisée avec les "Fous de Palmiers" vis-à-vis de l’administration centrale française, en particulier concernant une vision commune de l’éventuelle réforme de la réglementation en réponse au "lâchage" de la Commission Européenne. Nos deux associations ont convenu de conduire une campagne de communication sur ce sujet. Ensemble, nous (...)