Accueil > Documentation > Entomologie > Trichogramme contre paysandisia

Trichogramme contre paysandisia

vendredi 11 septembre 2015 - Rédaction SNP

http://popups.ulg.ac.be/2030-6318/index.php?id=3272

Une communication de l’université de Liège. Avions déjà évoqué cette question dans un post en juin 2014*. Il est en effet très urgent de compléter notre arsenal contre ce papillon qui devient une menace majeure pour nos palmiers. Même si le dossier d’extension aux lépidoptères de l’EMAB Revive semble en bonne voie, il est parfaitement souhaitable et urgentissime que des solutions alternatives bio soient opérationnelles contrairement à la lutte contre le CRP.

"Le papillon du palmier a été accidentellement introduit en Méditerranée en provenance d’Argentine, et il a su s’adapter au climat et aux espèces de palmiers présents. Depuis 2001, nous avons observé de nombreux dégâts naturels (trous de galeries, déformations et torsions des troncs, dessèchement des palmes), et des impacts économiques de l’ordre de 100 M€ (pour contrôler ce ravageur et le charançon des palmiers, Rhynchophorus ferrugineus (Olivier, 1790)). Les espèces de palmiers les plus attaquées en France, Italie et Espagne par ce papillon sont Chamaerops humilis (L., 1753), Trachycarpus fortunei ((Hook.) H.Wendl., 1863) et Phoenix canariensis (Hort. ex Chabaud, 1882).
Dans ce contexte, il est nécessaire de trouver une stratégie efficace et réalisable susceptible de réduire la population de ce ravageur, tout en respectant l’environnement et la santé humaine. Les méthodes alternatives actuellement disponibles sont chères et difficiles à mettre en place. Il est donc urgent de trouver et de développer un auxiliaire comme agent de contrôle biologique.
Dans le cadre du projet européen PalmProtect (2012-2014), notre objectif est de trouver des parasitoïdes oophages susceptibles de pondre dans les œufs du papillon.
Les trichogrammes sont connus pour le contrôle biologique de différentes cultures. De nombreuses souches de trichogrammes ont été testées dans cette étude sur des œufs du papillon selon une modalité. En condition contrôlée en laboratoire, certains trichogrammes ont réussi avec succès à parasiter les œufs du papillon. L’efficacité globale a été prise en compte au travers du nombre d’œufs avortés et parasités.
Ces résultats préliminaires étant marquants, il est nécessaire d’approfondir ces recherches. En effet, si l’étude du comportement du trichogramme sur palmiers donne de bons résultats, nous pourrions améliorer son efficacité et mettre en place une stratégie de lâcher. Le choix du parasitoïde oophage le plus efficace contre le papillon du palmier sera alors défini et la méthode de lutte développée.
Mots-clés : Oophage, parasitoides, parasitisme, palmier, papillon palmivore, trichogramme"

*http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article844

Derniers articles

16 janvier, par Rédaction SNP

Pays des Alpes-Maritimes : Magazine hebdomadaire d’information

Ce magazine hebdomadaire très connu dans le département nous fait l’honneur d’un article sur nos rencontres de Monaco du 15 décembre conduites par Listephoenix associée aux "Fous de Palmiers" et SNP. Nous en remercions (...)

11 janvier, par Rédaction SNP

Le feuilleton niçois, nouvel épisode

La mairie de Nice ( et Nice-Matin) se rendent donc à l’évidence la ville ne respecte pas la réglementation ( voir portfolio).
Christian Estrosi peut toujours interpeller Nicolas Hulot, pourquoi ne l’a-t-il fait plus tôt ? (...)

8 janvier, par Rédaction SNP

Porquerolles : le coffre-fort de la biodiversité

https://youtu.be/fLsjYnWQuL4
http://www.cbnmed.fr/pres/index.php http://www.cbnmed.fr/pres/index.php
Cette vidéo a été réalisée par l’équipe de la conservatrice Sylvia Lochon-Menseau avec laquelle le PNPC collabore pour (...)

Edito

Edito de décembre 2017

5 janvier, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Dernier édito de l’année, date limite pour commenter un événement phare de 2017 : l’important rapport de l’ANSES sur la politique conduite par la communauté d’agglomération CAVEM (Var Est) dans la lutte contre le CRP. Nous l’avons publié dès sa sortie le 8 décembre, en annonçant que nous réservions nos commentaires pour laisser aux responsables de la CAVEM le temps de faire les leurs. (...)