Accueil > Revue De Presse > L’Europe, l’Afrique, le Monde > SOS Parc du Belvédère de Tunis

SOS Parc du Belvédère de Tunis

dimanche 10 avril 2016 - Rédaction SNP

Aux assises européennes du paysage tenues la semaine passée à Nice, importante manifestation à laquelle il nous a semblé que votre association devait aussi participer ( nous y reviendrons dans un autre post ), la chercheure tunisienne de l’université de Carthage, Imene Zhioua  est intervenue pour alerter la communauté des architectes paysagistes sur un projet qui constituerait une atteinte irrémédiable à un des joyaux de sa capitale.

 A tous ceux qui partagent cette indignation, qui aiment Tunis et la Tunisie et nous savons qu’ils sont légion parmi nos adhérents, merci de rejoindre les Amis du Belvédère, de condamner la création d’une voirie imbécile en signant cette pétition et d’en faire la promotion.

http://www.petitions24.net/touche_pas_a_mon_belvedere_un_patrimoine_en_danger

 

TOUCHE PAS A MON BELVEDERE, UN PATRIMOINE EN DANGER.

CONTRE TOUTE ATTENTE et alors que le dossier de classement du parc du Belvédère est en cours de finalisation, nous constatons que :

1°. Le Plan d’aménagement Urbain (PAU) de la commune de Tunis, affiché dans les arrondissements municipaux, projette l’installation d’une voie express (4 voies) qui traverse et tronque son paysage. Ce projet exhumé affectera négativement l’équilibre de l’écosystème, détruira des composantes végétales et architecturales de ce patrimoine, isolera les populations riveraines, menacera la sécurité des usagers et altérera la mémoire collective des tunisiens. NOUS EXPRIMONS NOTRE FERME OPPOSITION A CE PROJET.

2°. Le Ministère de l’équipement, de l’habitat et de l’Aménagement du Territoire lance, en même temps, un Appel d’Offres avec concours international intitulé "projet de revalorisation du parc Belvédère et de ses alentours". NOUS REJETONS UNE TELLE PROCEDURE "PRECIPITEE !.., NON INCLUSIVE ET ANTICONSTITUIONNELLE qui n’intègre pas les mécanismes de la démocratie participative et les principes de la démocratie ouverte, la participation des citoyens et de la société civile à la préparation des projets de développement et d’aménagement du territoire et le suivi de leur exécution comme stipulé dans l’article 139 de la Constitution.

Comme le palmier n’est jamais loin à Tunis en particulier, Imene Zhioua nous a mis en relation avec l’association des paysagistes tunisiens (TALAE) qui comme nous se préoccupent beaucoup des ravageurs de palmiers et veulent jouer un rôle actif dans la campagne d’éradication qui vient d’être lancée par l’équipe de docteur Mohamed Habib Dhouibi. http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article1399

Derniers articles

9 novembre, par Rédaction SNP

Après le principe de précaution, celui de réalité ...

Pour l’instant, il n’est pas possible de se passer des biocides pour lutter contre les moustiques
La recherche et le développement de solutions alternatives et éco-responsables de démoustication et de lutte anti-vectorielle (...)

31 octobre, par Rédaction SNP

La nature est-elle un enfer ?

France Culture (@franceculture) a tweeté à 2:33 PM on mar., oct. 27, 2020 :
La Nature un enfer ? Les espèces exotiques envahissantes sont aujourd’hui reconnues comme l’une des principales causes de l’érosion de la biodiversité (...)

30 octobre, par Rédaction SNP

Phéromones plus d’AMM sauf ......

Très sensible progrès réglementaire dans l’utilisation des phéromones pour améliorer l’efficacité du piégeage. Il faut dire que le feuilleton Neonicotinoïdes a fait beaucoup rire et surtout illustré les énormes obstacles pour trouver (...)

Edito

Edito de septembre 2020

12 octobre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Notre webmaster vient de vous adresser les convocations à une assemblée générale virtuelle. iI s’agit classiquement de demander quitus de notre gestion morale et financière et surtout de décider de la mise en sommeil de l’association, comme annoncé depuis plusieurs semaines.
L’issue du vote ne fait guère de doute considérant la confiance que vous nous avez toujours manifesté. Le site cessera ses publications (...)