Accueil > Revue De Presse > L’Europe, l’Afrique, le Monde > Témoignages étrangers > Signez la pétition de nos amis de Bordighera

Signez la pétition de nos amis de Bordighera

dimanche 28 septembre 2014 - Rédaction SNP

Robert Castellana (Sociologue CRP- France) qui se consacre beaucoup à Bordighera ) demande à notre association de rejoindre cette pétition qui doit être la base d’un projet réel. En dehors de l’intérêt pour cette cause que nous partageons totalement c’est aussi pour nous l’ occasion de remercier Claudio Littardi du Centro Studi e Ricerche per le Palme de Sanremo pour la gentillesse et la chaleur de son accueil chaque fois que nous lui rendons visite.

 Merci cher adhérent de faire un petit effort cliquez sur le lien de pétition..... http://iluoghidelcuore.it/luoghi/26819#   ; *

sauver la palmeraie historique de Bordighera

Le FAI est une des principales associations italiennes de protection de l’environnement. La section régionale de Ligurie est particulièrement active. Elle a déjà permis le classement de plusieurs sites régionaux, au travers de pétitions comme celle actuellement en cours à Bordighera. Le principe de ces pétitions (du type ‘les monuments préférés des Français’) est d’arriver au millier de signatures. Le FAI déclenche dès lors un projet, en collaboration avec les acteurs locaux. L’objet de cette pétition est de contribuer à la sauvegarde et à la réhabilitation de la palmeraie historique, actuellement menacée de disparition suite à l’arrivée du charançon rouge du palmier.
Vous pouvez voter en suivant ce lien :

Fondo Ambiente Italiano (FAI-Italie)
Pétition ‘les Lieux du cœur’ :

Voici le texte en italien

"...Ed è proprio allora che, fra tutte le località della Riviera Bordighera risalta per la sua caratteristica botanica unica in Europa, assieme solo alla lontana Elche in Spagna, delle palme dattilifere spontanee le quali - con le più enfatiche esclamazioni di sorpresa - vengono esaltate per il loro fascino, in una ricchezza ambientale e naturale allora veramente sorprendente. La presenza del più settentrionale palmeto di Phoenix dactylifera alla latitudine di 43°, così lontana dall’Africa di cui ricordava le suggestioni, costituisce una caratterizzazione paesistica ed esotica del massimo interesse nell’immaginario collettivo della ’scoperta’ turistica della Riviera da parte del mondo nordico e anglosassone, tale da spingere successivamente alla coltivazione delle palme nei giardini di tutta la costa" Giuseppe E. Bessone Bordighera : palme d’autore (1992 - 2001) Lo storico palmeto di Phoenix dactylifera, adagiato sul suggestivo versante che abbraccia il ’beodo’ lungo il torrente Sasso di Bordighera, reclama da anni attenzione, cura e valorizzazione, continuando a costituire il caposaldo di un valore paesaggistico unico ed imperdibile : nel frattempo le Phoenix canariensis che nell’ultimo secolo si sono affiancate alle storiche dattilifere arricchendo il verde della città, così come quello di tutti i giardini pubblici e privati della costa ligure (e di tutta l’Italia che è ormai colpita da questo scempio), stanno morendo colpiti dal tragico flagello del "punteruolo rosso".
 

Voici le texte en italien et notre traduction française


Bordighera : la Palmeraie Historique du Beodo et les palmiers
" Parmi toutes les localités de la Riviera, Bordighera se distingue par sa caractéristique botanique unique en Europe, comparable seulement à la lointaine Elche en Espagne, avec ses palmiers dattiers spontanés qui offrent une richesse environnementale et naturelle vraiment surprenante », rapportaient il y a près de 2 siècles les premiers touristes.
La présence de Phoenix dactylifera sous la latitude de 43°, si loin de l’Afrique dont il rappelait les attraits, a constitué une particularité paysagère et exotique d’un intérêt majeur dans l’imaginaire collectif de la « découverte » touristique de la Riviera, de la part du monde nordique et anglo-saxon. Elle a notamment conduit à la diffusion des palmiers dans les jardins de la côte d’azur." "Joseph E. Bessone : Bordighera : (1992 - 2001)
La palmeraie historique, qui subsiste le long du torrent Sasso de Bordighera, nécessite depuis des années attention, soins et valorisation, tout en continuant à constituer le fondement d’une valeur paysagère unique et qui ne saurait être perdue.
Les Phoenix canariensis, implantés au cours du siècle dernier dans les jardins et espaces verts de Bordighera sont par ailleurs en train de mourir, frappés par le fléau tragique du charançon rouge. Seul un projet global de réhabilitation peut mettre un terme à cette tragédie.

* Nous vous recommandons de mettre à la partie optionnelle

"Sauvons nos palmiers" ou mieux , con il supporto dei vostri amici francesi ’Save Our palme "

 



 

Derniers articles

17 octobre, par Rédaction SNP

BARI c’est parti...

Le programme ( traduit) CRP / RPW Session 1.1 : Etat des lieux de l’invasion du RPW (situation mondiale) Session 1.2 : Impact environnemental et socio-économique des invasions du RPW Session 1.3 : Activités actueles et (...)

17 octobre, par Rédaction SNP

Un inventaire pas forcément rassurant...

L’éditeur égyptien HINDAWI nous livre un article bref qui attire l’attention sur le constat que les solutions naturelles sont pas toutes sans danger. Faut-il pour autant s’en désintéresser ? au contraire puisque la France (...)

17 octobre, par Rédaction SNP

Le retour de l’azadirachtin (Neem) ?

Cou-cou la re-voilà. La fameuse huile de Neem molécule Azadirachtine que l’on croyait enterrée sous l’accusation infamante de perturbateur endocrinien, referait-elle surface ? En tout cas c’est ce que pense le Canada, (...)

Edito

Edito de septembre 2018

14 octobre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avions prévu de terminer ce mois de septembre par une réunion de professionnels et de collectivités pour faire un point complet réglementaire et technique sur les ravageurs de palmiers. Les gendarmes du golf hôtel à Hyères avaient accepté de nous recevoir car ils sont très investis dans la défense de leur patrimoine palmiers et ils accueillent depuis des années les formations Art. 15 de la chambre (...)