Accueil > Documentation > Autres ravageurs > Sébastien Abis (chronique)

Sébastien Abis (chronique)

samedi 27 juin 2020 - Rédaction SNP

 

Sébastien Abis est directeur du Club Déméter et chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Il est aussi codirecteur de l’ouvrage annuel Le Déméter, qui explore les grandes thématiques agroalimentaires mondiales. Il propose, avec la série « Le dessous des tables​  », une prise de hauteur sur les défis agricoles et alimentaires.

Il porte au travaux de SNP une bienveillante attention, car il partage notre constat pesssimiste de l’impact des destructions du charançon rouge sur agriculture de très nombreux pays.

"Arbre symbole de la paix et de la Méditerranée, l’olivier souffre. Sa santé est menacée par la Xylella Fastidiosa, bactérie responsable d’une terrible maladie qui frappe une zone géographique déjà meurtrie par tant de drames qu’elle n’avait pas besoin de voir son arbre emblématique verser à son tour dans la douleur. Parfois qualifiée de lèpre des oliviers en raison de son caractère mortel pour les végétaux, la Xylella Fastidiosa, se répand par le déplacement d’insectes vecteurs, suceurs de bois, qui, faute de pouvoir voler, sautent d’arbres en arbres.

La bactérie attaque les xylèmes, ces tissus transportant la sève brute, en développant un gel qui colonise l’olivier et le fait littéralement mourir de faim par l’arrêt de circulation de cette sève indispensable à la vie du végétal. Si les feuilles de l’olivier dépérissent, c’est qu’il est déjà trop tard. Les arbres touchés peuvent contaminer les autres via l’insecte, mais restent aussi asymptomatiques pendant de longs mois avant de révéler au grand jour les signes de la maladie.

Entre les alertes des scientifiques et les craintes des agriculteurs se sont positionnées des associations environnementales, des responsables politiques ou même des religieux pour donner un avis sur ce qu’il convenait de faire pour endiguer l’épidémie.

Apparu en 2013 dans les Pouilles, cette région située au Sud de la péninsule italienne, la Xylella Fastidiosa progresse dangereusement. Il faut dire qu’au moment de son apparition, les atermoiements n’ont rien arrangé. Entre les alertes des scientifiques et les craintes des agriculteurs se sont positionnées des associations environnementales, des responsables politiques ou même des religieux pour donner un avis sur ce qu’il convenait de faire pour endiguer l’épidémie.

Des ravages incommensurables. Les enjeux étaient immenses : deux tiers de la production d’huile d’olive italienne provient des Pouilles, qui compte alors environ 60 millions d’arbres, dont certains sont pluriséculaires. Toucher à ces oliviers, c’est effacer l’histoire d’une région, attaquer son patrimoine culturel et cultuel et dégrader son paysage naturel. Qui n’a pas apprécié il est vrai de surplomber, en avion ou du haut d’une colline, ces immenses champs vert-gris à l’occasion d’un séjour dans les Pouilles ?

Alors que la solution agronomique était certes radicale, à savoir la coupe complète de l’arbre pour permettre d’endiguer la Xylella Fastidiosa, la réponse opérationnelle aura été de reporter une telle action et de nourrir, de facto, controverses ou théories du complot. La maladie serait due aux excès de l’agriculture moderne pour certains, qui considèrent avec méfiance les traitements utilisés pour la protection des plantes, jugeant qu’ils altèrent l’immunité naturelle des végétaux. D’autres ont fait courir le bruit que la Xylella Fastidiosa avait été introduite par des agents étrangers, dans le but de fragiliser la filière italienne oléicole, dans un contexte de concurrence exacerbée avec d’autres pays producteurs méditerranéens. On enquête également sur des travaux de recherche menés dans les laboratoires universitaires locaux.

« Usual suspects ». D’aucuns en profitent aussi pour condamner la mondialisation et l’ouverture des échanges. A l’origine de l’hécatombe en effet, un plant de caféier originaire du Costa Rica, passé par le port de Rotterdam porteur d’une cicadelle infectée. Et ce petit insecte s’est retrouvé dans les circuits des pépiniéristes italiens… Résultat, de 2013 à 2015, les Pouilles ont perdu 30 000 hectares d’oliveraies. Les coupes d’arbres contaminées deviennent paradoxalement vitales pour sauvegarder le secteur à moyen-long terme. En 2019, l’Italie, toujours second producteur et exportateur mondial d’huile d’olive, annonce avoir détruit plus d’un million d’oliviers. La chute des récoltes en Pouilles est de l’ordre de 80 %.

La Xylella Fastidiosa constitue dans la région des Pouilles une épreuve scientifique, économique, sociale et culturelle. En somme, une parfaite illustration des interactions intimes entre agriculture et géopolitique, avec des jeux de pouvoir et des rapports de force, des intrigues et des croyances, des rebondissements et des malheurs. Devant une telle maladie, capable de coloniser une grande variété d’espèces végétales (amandier, agrumes, lavandes, vignes) en s’appuyant sur une multitude d’insectes vecteurs, il est très étonnant de ne pas voir les acteurs se rassembler et s’associer pour trouver des réponses appropriées, équilibrées et dépassionnées.

Pour l’Europe, qui grâce à ses Etats membres au Sud (Espagne, Grèce, Italie et Portugal), assure 70 % de la production mondiale d’huile d’olive et 50 % de sa consommation, l’affaire est particulièrement ennuyeuse".

Portfolio

Derniers articles

28 septembre, par Rédaction SNP

Tout savoir sur BB .....

L’article de l’excellent support spécialisé LIEN HORTOCOLE met bien le doigt sur les limites de l’efficacité de ce produit et de ses conditions de mise en œuvre qui sont très délicates. il faut que les spores soient au contact et (...)

25 septembre, par Rédaction SNP

Bravo à la DGAL et semble-t-il au ministre....

Excellent rappel des définitions des différentes formes de piégeage, libération des contraintes de l’AMM pour toutes les phéromones. Maintien quand les pièges comportent un ajout d’insecticide ce qui en ce qui concerne le CRP n’a (...)

22 septembre, par Rédaction SNP

LATANIA No 43

Sans doute, la dernière fois sur notre site en hommage au travail formidable des passionnés du palmier, réunionnais......
https://fr.calameo.com/read/00415869984857d5d0553

Edito

Edito d’âout 2020

2 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Dans la droite ligne de l’édito précédent nous préparons avec le webmaster et le trésorier l’assemblée générale de septembre à laquelle seront conviés par Internet les 64 membres à jour de leur cotisation.
Vous connaissez mes intentions : lever le pied mais ne pas tout lâcher..... on ne brûle pas à ce qu’on a adoré , tel est notre état esprit que nous retrouvons à une autre échelle en miroir dans celui Philippe (...)