Accueil > Revue De Presse > L’Europe, l’Afrique, le Monde > Les pratiques dans les autres pays > Rome surveille son CRP

Rome surveille son CRP

samedi 1er octobre 2016 - Rédaction SNP

 Il s’agit évidemment d’un produit phytosanitaire ( Confidor ou autres). Ce petit post pour rappeler à certaines communes que la stratégie 2, existe encore, qu’elle donne d’excellents résultats chez beaucoup de nos adhérents, que sa mise en œuvre implique des contraintes non négligeables particulièrement dans l’espace public comme la fermeture de jardin. Mais que c’est le prix à payer pour garder ses palmiers.

La préconisation de SNP serait plutôt à l’instar d’un nombre croissant de communes espagnoles, un traitement de base par endothérapie ( en France stratégique 3 ( produit Revive Syngenta)), maillage de pièges ( Chenese trap pour SNP) pour contrôler les populations de charançons, au-delà d’une certaine densité des captures application en soutien la stratégie 2 Confidor dont le recours restera limité.

 

Derniers articles

19 novembre, par Rédaction SNP

Qu’est-ce que le push and pull ?

Intéressante communication de cette organisation internationale et de son programme ICIPE de maîtrise biologique d’un ravageur apparemment extrêmement redoutable à l’échelle du continent africain. Pourquoi de telles technologies (...)

18 novembre, par Rédaction SNP

Tous à Monaco.... le 15 décembre

Désormais régulières ces rencontres à l’initiative de la direction de l’aménagement urbain de la principauté * élaborées en collaboration avec Robert Catellana Listephoenix, l’association des Fous de Palmiers et SNP permettent de (...)

Edito

Edito , octobre 2017

2 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Depuis un mois nous avons réussi à mettre au point une position cohérente harmonisée avec les "Fous de Palmiers" vis-à-vis de l’administration centrale française, en particulier concernant une vision commune de l’éventuelle réforme de la réglementation en réponse au "lâchage" de la Commission Européenne. Nos deux associations ont convenu de conduire une campagne de communication sur ce sujet. Ensemble, nous (...)