Accueil > Revue De Presse > L’Europe, l’Afrique, le Monde > Les pratiques dans les autres pays > Rome surveille son CRP

Rome surveille son CRP

samedi 1er octobre 2016 - Rédaction SNP

 Il s’agit évidemment d’un produit phytosanitaire ( Confidor ou autres). Ce petit post pour rappeler à certaines communes que la stratégie 2, existe encore, qu’elle donne d’excellents résultats chez beaucoup de nos adhérents, que sa mise en œuvre implique des contraintes non négligeables particulièrement dans l’espace public comme la fermeture de jardin. Mais que c’est le prix à payer pour garder ses palmiers.

La préconisation de SNP serait plutôt à l’instar d’un nombre croissant de communes espagnoles, un traitement de base par endothérapie ( en France stratégique 3 ( produit Revive Syngenta)), maillage de pièges ( Chenese trap pour SNP) pour contrôler les populations de charançons, au-delà d’une certaine densité des captures application en soutien la stratégie 2 Confidor dont le recours restera limité.

 

Derniers articles

13 mars, par Rédaction SNP

En pays Varois ....

Merci à ce support de Presse régional en pleine « remontada » de nous accueillir à nouveau pour présenter cette nouvelle technologie de détection très en amont des attaques de ravageurs. L’affaire commence à s’ébruiter puisqu’un (...)

13 mars, par Rédaction SNP

La FAO aux avant-postes

L’agence marocaine de presse MAP ECOLOGY rappelle très utilement l’importance de la lutte contre ce redoutable prédateur du palmier. Elle ne fait pas de commentaire, nous nous sommes permis d’en faire un celui de (...)

Edito

Edito de février 2019

10 mars, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Retenons la date du 11 février 2019 , celle de la grande réunion de concertation organisée à la DGAL. Nous avons pu très correctement nous exprimer pour dire synthétiquement :
- Toute nouvelle réglementation doit également porter sur le papillon Paysandisia Archon
- Il faut donner un cadre légal même dérogatoire au piégeage massif qui est explicitement recommandé par l’ANSES. Le ministère doit ensuite (...)