Accueil > Revue De Presse > L’Europe, l’Afrique, le Monde > Les pratiques dans les autres pays > Rome surveille son CRP

Rome surveille son CRP

samedi 1er octobre 2016 - Rédaction SNP

 Il s’agit évidemment d’un produit phytosanitaire ( Confidor ou autres). Ce petit post pour rappeler à certaines communes que la stratégie 2, existe encore, qu’elle donne d’excellents résultats chez beaucoup de nos adhérents, que sa mise en œuvre implique des contraintes non négligeables particulièrement dans l’espace public comme la fermeture de jardin. Mais que c’est le prix à payer pour garder ses palmiers.

La préconisation de SNP serait plutôt à l’instar d’un nombre croissant de communes espagnoles, un traitement de base par endothérapie ( en France stratégique 3 ( produit Revive Syngenta)), maillage de pièges ( Chenese trap pour SNP) pour contrôler les populations de charançons, au-delà d’une certaine densité des captures application en soutien la stratégie 2 Confidor dont le recours restera limité.

 

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)