Accueil > Représentation > Colloques > Colloques AFFP > Colloque de Nice janvier 2013 > Retour de Colloque (3) CRP Comportement olfactif et piégeage

Retour de Colloque (3) CRP Comportement olfactif et piégeage

jeudi 24 janvier 2013 - Rédaction SNP

 Didier Rochat INRA Versailles-Grignon représente son institution dans PALM PROTECT structure unique au niveau européen de recherche ( http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article179). il apporte ici une contribution essentielle inédite à la politique du contrôle des CRP par les pièges à phéromones. Cet outil apparaît incontournable particulièrement dans les phases préliminaires de l’infestation générale. La mise en place d’un tel outil ne peut s’envisager que par l’initiative publique. L’objectif de l’association SNP en relation avec les acteurs de terrain et au premier chef les CIL est d’aider à cette mise en place par :

* Négociation d’un achat groupé avec les fabricants de pièges.

* Négociations avec les fournisseurs de consommables ( Michel Ferry à de nombreux amis dans cette filière principalement basée au Costa Rica.

* Après accord de notre partenaire l’université californienne UCLA utilisation de l’outil What’s Invasive pour gratuitement effectuer la localisation et le suivi des pièges.

L’article de Didier Rochat est une synthèse sur l’écologie, le comportement et le piégeage olfactif du Charançon Rouge du Palmier (CRP) à l’aide de phéromone. Il fait la part entre données robustes, hypothèses plausibles et éléments non démontrés. Le CRP vit caché l’essentiel de sa vie sur les palmiers qu’ils tuent de façon opportuniste en s’étant adapté au climat méditerranéen et en particulier au palmier des Canaries. L’adulte est un excellent voilier doté d’un odorat très sensible. Il détecte ainsi les palmiers blessés et ses congénères dont les mâles émettent une phéromone d’agrégation. On peut capturer efficacement les CRP à l’aide de pièges attractifs émettant de la phéromone synthétique, de l’acétate d’éthyle et une odeur naturelle produite par la fermentation de tissus végétaux sucrés, dont l’association est synergique. Cette technique est indispensable à tout plan de gestion et d’éradication du CRP pour détecter les adultes, localiser les palmiers infestés et éliminer en masse l’insecte. Les paramètres clés du piégeage, ses avantages et limites et les pistes de recherche explorées pour les améliorer sont présentés et discutés.

CONCLUSION

Le CRP est un ravageur redoutable dont la gestion est difficile et onéreuse. En dépit d’une situation très difficile et de pertes lourdes, il demeure possible de le contenir en particulier de
préserver des espaces encore indemnes ou peu touchés. Des progrès nets dans le suivi des symptômes, la connaissance de la biologie du ravageur, le contrôle des mouvements de palmiers et des techniques curatives non destructrices ont été obtenus ces 5 dernières années. Dans le même temps le piégeage à l’aide de phéromone reste un outil très utile et compatible avec une gestion zéro phyto. Toutefois le coût logistique trop élevé de cette
méthode pour assurer une sensibilité optimale par l’usage d’un co-attractif naturel qui demande un renouvellement fréquent conduit à privilégier des appâts sub-optimaux. Cette évolution présente un danger certain si les pièges sont disposés au voisinage direct de palmiers dont le risque d’infestation est accru, parce qu’une partie des insectes attirés par les pièges risquent d’atterrir sur ces palmiers. Ce risque peut être géré par une protection insecticide systématique des palmiers concernés ou le déploiement de ces pièges à appât simplifié à distance des palmiers. Ces évolutions contraintes par des raisons économiques renforcent la nécessité de faire aboutir les recherches en cours qui visent à caractériser et
développer un attractif synthétique totalement mimétique du palmier et qui réunira à la fois
ces propriétés d’attraction optimale vis-à-vis des insectes et une facilité d’emploi avec un renouvellement peu fréquent.






Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)