Accueil > Réglementation > Débats parlementaires & Conseil des ministres & PE > Réponse au député Éric CIOTTI

Réponse au député Éric CIOTTI

mercredi 11 avril 2018 - Rédaction SNP

 Toute honte bue, nous ne publions que maintenant, la réponse à cette question à l’origine de laquelle nous étions. ( cafouillage dans le paramétrage des alertes du site du Sénat ??).

 Quels enseignements tirés de la réponse :

- Le rédacteur se trompe le Paysandisia n’est pas en lutte obligatoire.

- L’administration centrale s’active beaucoup, mais en chargeant la barque du côté des collectivités locales qui, ne sont pas par nature faites pour cela, elle oublie de dire que le problème essentiel tient à l’insuffisance patente des financements de la Recherche sur ces sujets.

- l’étroite collaboration avec les collègues européens et la commission : affirmation courageuse quand on sait que la communauté vient d’abandonner la lutte obligatoire contre le CRP !! on leur souhaite plus de chances sur le Beauveria.

 Après tous ces compliments et dans l’esprit de " qui aime bien, châtie bien" nous avons une très grande confiance en notre Ministère et l’ANSES, lieux de l’expertise, pour nous aider à trouver des solutions biologiques acceptables en termes de prix.

 

Derniers articles

14 novembre, par Rédaction SNP

Piégeage : tous avec la Casa....

Nous proposons un autre type de piège chargé de la même phéromone, en même temps nous soutenons fermement la politique de piégeage de la Casa ainsi que celle de la Cavem.
Son efficacité est d’autant plus grande que des (...)

13 novembre, par Rédaction SNP

Un autre regard sur le piégeage massif

La mouche de l’olive est un grand fléau de l’oléiculture. En même temps grand consommateur de phytosanitaires autrefois du diméthoate. la pratique de piégeage massif est vite apparue comme une alternative crédible. Mais comme (...)

Edito

Edito d’octobre 2018

12 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Sans l’avoir voulu nous sommes récompensés d’avoir un peu tardé dans la sortie de cet édito. Les 15 grands élus que nous avions solennellement saisi de graves difficultés consécutives à la suppression du Confidor et à l’abandon européen de la lutte obligatoire contre le CRP semblaient totalement insensibles à notre cause.
Sauf un, le Maire de Menton : (...)