Accueil > Réglementation > Débats parlementaires & Conseil des ministres & PE > Réponse au député Éric CIOTTI

Réponse au député Éric CIOTTI

mercredi 11 avril 2018 - Rédaction SNP

 Toute honte bue, nous ne publions que maintenant, la réponse à cette question à l’origine de laquelle nous étions. ( cafouillage dans le paramétrage des alertes du site du Sénat ??).

 Quels enseignements tirés de la réponse :

- Le rédacteur se trompe le Paysandisia n’est pas en lutte obligatoire.

- L’administration centrale s’active beaucoup, mais en chargeant la barque du côté des collectivités locales qui, ne sont pas par nature faites pour cela, elle oublie de dire que le problème essentiel tient à l’insuffisance patente des financements de la Recherche sur ces sujets.

- l’étroite collaboration avec les collègues européens et la commission : affirmation courageuse quand on sait que la communauté vient d’abandonner la lutte obligatoire contre le CRP !! on leur souhaite plus de chances sur le Beauveria.

 Après tous ces compliments et dans l’esprit de " qui aime bien, châtie bien" nous avons une très grande confiance en notre Ministère et l’ANSES, lieux de l’expertise, pour nous aider à trouver des solutions biologiques acceptables en termes de prix.

 

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)