Accueil > Réglementation > Débats parlementaires & Conseil des ministres & PE > Réponse au député Éric CIOTTI

Réponse au député Éric CIOTTI

mercredi 11 avril 2018 - Rédaction SNP

 Toute honte bue, nous ne publions que maintenant, la réponse à cette question à l’origine de laquelle nous étions. ( cafouillage dans le paramétrage des alertes du site du Sénat ??).

 Quels enseignements tirés de la réponse :

- Le rédacteur se trompe le Paysandisia n’est pas en lutte obligatoire.

- L’administration centrale s’active beaucoup, mais en chargeant la barque du côté des collectivités locales qui, ne sont pas par nature faites pour cela, elle oublie de dire que le problème essentiel tient à l’insuffisance patente des financements de la Recherche sur ces sujets.

- l’étroite collaboration avec les collègues européens et la commission : affirmation courageuse quand on sait que la communauté vient d’abandonner la lutte obligatoire contre le CRP !! on leur souhaite plus de chances sur le Beauveria.

 Après tous ces compliments et dans l’esprit de " qui aime bien, châtie bien" nous avons une très grande confiance en notre Ministère et l’ANSES, lieux de l’expertise, pour nous aider à trouver des solutions biologiques acceptables en termes de prix.

 

Derniers articles

21 juin, par Rédaction SNP

Le Beauveria Bassiana..... une trés vieille affaire

Vous avez bien lu ........ une préconisation d’une société savante en 1906 !!! ça fait un peu sourire quand au le 19-20 de FR3 vous présente un nouveau traitement révolutionnaire. Cette fameuse muscardine corrompt les larves ou (...)

20 juin, par Rédaction SNP

Le communiqué de presse M2 ILS

M2 I LS publie un communiqué de presse de victoire ils ont 100 fois raison..... le ministère a parfaitement compris qu’il fallait trouver quelques accommodements provisoires avec la réglementation pour autoriser les (...)

Edito

Edito de mai 2019

23 juin, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Le nouvel arrêté de lutte contre le charançon rouge n’est toujours pas sorti. Il faut dire que le ministère conscient des difficultés énormes consécutives du retrait de solutions phytosanitaires particulièrement insecticides, à la lourdeur des procédures de nouveaux agréments de solutions bio, a fait feu de tout bois pour publier des dérogations articles 53 ( autorisations de mise sur le marché d’une (...)