Accueil > L’association > Vie de l’association > Rendons à César...........

Rendons à César...........

mercredi 16 avril 2014 -

La nouvelle de l’autorisation du Revive nous a plongés dans l’euphorie, il nous a semblé, sans crier victoire, qu’à tout le moins le charançon avait pris un bon coup dans les élytres, mais depuis, la rumeur nous fait craindre de ne pas pouvoir traiter nos palmiers aussi simplement et à un coût aussi raisonnable que nous le pensions…

En attendant savourons ce moment qui récompense les membres de notre association pour ses efforts constants et profitons-en pour insister sur le rôle fédérateur et crucial de Michel Ferry dans cette bataille. En effet, C’est à lui et à son équipe que l’on doit, après l’autorisation de l’assainissement des palmiers infestés, l’acceptation par le Ministère de la technique d’injection jusqu’à présent interdite de manière absolue en France. C’est également sur la base de résultats expérimentaux de cette équipe que l’autorisation de mise sur marché de l’EMA a été obtenue.

Rendons à César…

Colette Pietra-Taliercio membre du bureau de SNP

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)