Accueil > Réglementation > Les Copil, CROPSAV, AMI, AAP, DRAAF... > Region LR, pas de Copil mais des idées....

Region LR, pas de Copil mais des idées....

samedi 28 mars 2015 - Rédaction SNP

Publication bien à propos par le SRAL LR dune liste des personnes habilitées à s’occuper des palmiers, compréhensible par tous les particuliers, propriétaires de palmiers.

A priori, le SRAL LR a, à juste titre, pris le problème à l’envers. Plutôt que de gérer la liste des personnels ayant reçu telle ou telle formation, elle demande aux entreprises de se déclarer, à charge pour elles de justifier qu’elles ont les qualifications nécessaires.

C’est clair pour le particulier qui n’a pas à gérer les exigences légales. La liste d’ailleurs est réduite. Distinguant la liste entreprises ayant toutes les qualifications y compris le CERTIPHYTO et celles qui s’interdisent l’utilisation d’un produit phytosanitaire ( ce qui, pour nous, dans l’état actuel des infestations est, soit dit en passant, une véritable gageure ).

Pour commencer, il faut savoir que pour intervenir sur palmier ( y compris abattage ) dans le cadre de lutte obligatoire contre le CRP, il faut une formation spéciale dite de l’article 15 de l’arrêté du 21 juillet 2010.

Celle-ci s’adresse aux professionnels prestataires de service, aux collectivités locales et exceptionnellement à quelques responsables d’associations type SNP.

Ces professionnels doivent par ailleurs, comme toute entreprise prestataire de service, justifier qu’ils ont une certification ( c.a.d agréé et suivi par un organisme de certification type veritas...qui ne doit en aucun cas être confondue avec les CERTIPHYTO qui, concernent ceux qui achètent, manipulent, vendent ou conseillent des produits phytosanitaires. Cette formation est théoriquement réservée à des professionnels, une tolérance existe exceptionnellement pour les responsables bénévoles associatifs (c’est le cas de SNP).

http://draaf.languedoc-roussillon.agriculture.gouv.fr/Charanconrouge-du-palmier-Liste

http://draaf.languedoc-roussillon.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/li_non_prestataires_publi_20150327_cle8f73cf.pdf

Pour bien comprendre ces personnes sont autorisées intervenir sur palmier mais ne peuvent pas facturer de prestations. Donc pas d’exigence de certification, d’enregistrement SRAL , du RC professionnelle. Mais si elles utilisent un produit phytosanitaire elles doivent avoir le Certiphyto.

 On ne peut donc que regretter que le préfet de cette région et son administration sourds à nos appels considèrent que la situation du patrimoine palmiers est tellement favorable qu’elle justifie de ne pas respecter les dispositions de l’arrêté ministériel du 9 décembre 2013 qui exige pourtant dans toutes les régions concernées la création d’un comité pilotage charançon. C’est d’autant plus regrettable que les groupes de travail PACA font un excellent boulot et vont faire en juin des propositions.

 

 

 

Derniers articles

22 juillet, par Rédaction SNP

Liste des produits de bio Controle

Une innovation en sous-catégorie la liste des produits EAJ. Il était temps .... Il reste cependant à expliquer à nos adhérents la cohérence avec la liste ITAB utilisable en agriculture biologique. (...)

22 juillet, par Rédaction SNP

Latania N°39

https://fr.calameo.com/read/004158699900fac65980d
En route pour les jardins de la Réunion bien sûr, mais aussi de l’île Maurice, de la Tasmanie, de l’Afrique du Sud. au-delà du monde des palmiers faire aussi connaissance des (...)

16 juillet, par Rédaction SNP

Adopter la Vigilance Attitude pour CRP & PA

En septembre 2017 nous vous avons signalé l’apparition de cette application lanceur d’alertes. Le démarrage n’a pas été à la hauteur de nos espérances. il faut dire que les mairies que nous avons approché pour leur dire tout (...)

Edito

Edito de juin 2018

13 juillet, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Vous connaissez l’aphorisme "le pire n’est jamais sûr" on va s’y accrocher. Pourtant le 1er septembre c’est demain date-butoir de l’utilisation du Confidor. Nous n’avons aucune nouvelle de notre demande article 53 de prorogation 120 jours de l’usage de ce produit.
On a le sentiment que les lobbys écologistes sont tellement puissants dans notre pays que rien ne peut résister à leurs péremptoires (...)