Accueil > État sanitaire, progression des infestations > Quentin le lanceur d’alerte....

Quentin le lanceur d’alerte....

mercredi 1er novembre 2017 - Rédaction SNP

Témoignage du plus jeune et du plus brillant, comme le dit la formule, de nos administrateurs. L’indignation de sa génération doit être prise très au sérieux......

J’ai effectué de nouvelles observations dont je souhaite vous faire part car elles sont gravissimes.

Je réitère par la même occasion mes propos passés : la situation est bien plus grave que ce que tout le monde pense !

Vous pourrez constater qu’il n’y a pratiquement plus aucune agave sur tout ce pan de montagne... purement, et simplement. Et la zone devient immense, je suis moi-même confronté à ce problème de charançon de l’agave (même sur de petites plantes en pot !) alors que j’habite à Roquebrune-Cap-Martin... et j’ai également trouvé des agaves attaquées au jardin Pallanca de Bordighera.

Autre observation très grave : j’ai trouvé aujourd’hui des dizaines d’Aloès attaquées par le charançon de l’agave à Cap d’Ail aujourd’hui.

On observe actuellement une tendance des jardins à vouloir remplacer les palmiers par un autre type de végétation, supposé d’ailleurs résister à la sécheresse qui fait rage en ce moment : Yuccas, Agaves, Aloès, Furcraeas, Dracaenas, Dasylirions... eux aussi sont tous en train de disparaître ! Qu’allons-nous finalement pouvoir mettre dans nos jardins ?

Je vous jure que la Côte d’Azur est en train de dépérir, les jardins sont de véritables cimetières et les rues sont de plus en plus moches car sans toute cette végétation qui parvenait à pardonner le bétonnage, l’urbanisation effrénée se fait encore plus visible.

J’insiste une nouvelle fois sur le fait que nous avons besoin d’une lutte beaucoup plus large que celle contre le charançon rouge du palmier car il s’agit du même combat, et car ces différents ravageurs travailleront à terme de concert sur toutes les espèces de plantes citées plus haut, palmiers compris...

Vous trouverez en pièces jointes les photos, édifiantes, prises aujourd’hui à Cap d’Ail sur le sentier des douaniers.

N’hésitez pas à publier le contenu de ce texte sur votre site, Hervé.

(N.B. : Aloes3.JPG : un buisson entier d’Aloès en train de dépérir à cause du charançon...)

Figurez-vous que nous sommes en train d’assister à la destruction pure et simple de tous les jardins de la Côte d’Azur, et je ne parle pas que des palmiers ! Je ne mâche pas mes mots car j’ai des preuves suffisamment accablantes.

Si l’on prend en compte l’action conjuguée du Rhynchophorus ferrugineus, du Paysandisia archon, du Scyphophorus acupunctatus, ainsi que de la sécheresse sans précédent qui fragilise les écosystèmes et contre laquelle beaucoup de jardins n’ont pas l’air de réagir en conséquence, alors on se rend compte que la Côte d’Azur est réellement en train de "CHANGER DE VISAGE".

Voyez plutôt... Quentin DEMÈ *

 

* NDLR tant pis pour sa modestie c’est sur linkedin :Ingénieur Java/J2EE pour le Gouvernement Princier de Monaco, UFR IM²AG – Université Joseph Fourier Grenoble I, Grenoble INP ESISAR, IUT 2 -.......... et passionné de palmier depuis l’enfance.

Portfolio

Derniers articles

21 juin, par Rédaction SNP

Le Beauveria Bassiana..... une trés vieille affaire

Vous avez bien lu ........ une préconisation d’une société savante en 1906 !!! ça fait un peu sourire quand au le 19-20 de FR3 vous présente un nouveau traitement révolutionnaire. Cette fameuse muscardine corrompt les larves ou (...)

20 juin, par Rédaction SNP

Le communiqué de presse M2 ILS

M2 I LS publie un communiqué de presse de victoire ils ont 100 fois raison..... le ministère a parfaitement compris qu’il fallait trouver quelques accommodements provisoires avec la réglementation pour autoriser les (...)

Edito

Edito de mai 2019

23 juin, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Le nouvel arrêté de lutte contre le charançon rouge n’est toujours pas sorti. Il faut dire que le ministère conscient des difficultés énormes consécutives du retrait de solutions phytosanitaires particulièrement insecticides, à la lourdeur des procédures de nouveaux agréments de solutions bio, a fait feu de tout bois pour publier des dérogations articles 53 ( autorisations de mise sur le marché d’une (...)