Accueil > Documentation > Push & Pull > Qu’est-ce que le push and pull ?

Qu’est-ce que le push and pull ?

dimanche 19 novembre 2017 - Rédaction SNP

 

Intéressante communication de cette organisation internationale et de son programme ICIPE de maîtrise biologique d’un ravageur apparemment extrêmement redoutable à l’échelle du continent africain. Pourquoi de telles technologies ne sont-elles pas appliquées à nos ravageurs de palmiers  ?

Pour la partie pull depuis des mois SNP bataille pour qu’on sorte l’hypocrisie réglementaire qui consiste à n’accepter le piégeage charançon qu’à titre de monitoring (traduction anglicisme surveillance ) nous préférons signalement prédictif. Au-delà contrairement à tous les pays du monde, l’administration française exigerait que ces substances sémiochimiques attrayantes au motif qu’elles ne sont pas naturelles , obtienent une AMM dite "simplifiée’ ( pas rassurant du tout !). Alors même que les dites substances sont tout simplement chimiquement reconstituées comme n’importe quel médicament et qu’elles sont vendues depuis des années sans aucune déclaration d’incident. Nous sommes consternés par un tel aveuglement qui exigerait au moins une dérogation en attendant une évidente confirmation de l’ANSES.

 Pour vous éviter d’avoir le faire nous avons mis après cette communication sa traduction automatique en français, merveille de la technologie de traduction le texte garde son sens.

 

icipe Push-Pull technology halts fall armyworm rampage

 communiquée de presse 18 novembre 2017 par IAPPS

 

The fall armyworm is a destructive moth that causes devastating damage to almost 100 plant species, including sorghum, rice, wheat and sugarcane, as well as a variety of horticultural crops, thereby threatening food and nutritional security, trade, household incomes and overall economies. The fall armyworm spreads very fast – in its adult stage it can move over 100 kilometres in a single night. The pest is also capable of laying hundreds of eggs, with the emerging larvae burrowing into crops, destroying and eventually killing the plants.

Until 2016, the fall armyworm was constrained to its native region of origin, the Western Hemisphere (from the United States of America to Argentina). However, in January 2016, the pest was reported in Nigeria and it has since spread at an alarming rate across Africa ; its presence has been confirmed in more than 28 African countries, while a further nine either strongly suspect, or are awaiting confirmation of invasion.

Already, in less than two years, the impact of the fall armyworm is being felt across Africa. Estimates from 12 African countries indicate that the pest is causing annual maize losses of between 8 – 21 million tonnes, leading to monetary losses of up to US$ 6.1 billion, while affecting over 300 million people in Africa, who, directly or indirectly, depend on the crop for food and well-being. The pest’s impact is likely to be even higher when its damage on other crops is quantified.

This new menace piles onto a range of existing challenges afflicting Africa. For instance, many regions of the continent are already experiencing the impacts of climate-change, including drier and hotter weather, stressed out soils, various invasive pests such as Tuta absoluta, and increased outbreaks of existing pests such as stemborers and the parasitic Striga weed, leading to enhanced threats to agriculture and health.

“Efforts to control the fall armyworm through conventional methods, such as use of insecticides is complicated by the fact that the adult stage of the pest is most active at night, and the infestation is only detected after damage has been caused to the crop. The pest also has a diverse range of alternative host plants that enables its populations to persist and spread. Moreover, fall armyworm has been shown to develop resistance to some insecticides, while the performance of such chemicals is also hindered by limited knowledge and purchasing power of farmers, resulting into use of low quality, and often harmful products,” notes icipe scientist, Dr Charles Midega.

A recent study has established that a climate-adapted version of Push-Pull, an already widely used technology developed by icipe and partners is effective in controlling the fall armyworm, providing a suitable, accessible, environmentally friendly and cost-effective strategy for management of the pest. These findings represent the first documented report of a readily available technology that can be immediately deployed in different parts of Africa to efficiently manage the fall armyworm.

Push-Pull, an innovative companion cropping technology developed over the past 20 years by icipe in close collaboration with national partners in eastern Africa and Rothamsted Research, United Kingdom, is modelled along the African smallholder farming system of multiple cropping. Originally developed for the control of stemborers, the key pests of cereal crops across most of Africa, and the parasitic Striga weeds, Push-Pull involves intercropping cereal crops with insect repellent legumes in the Desmodium genus, and planting an attractive forage plant such as Napier grass as a border around this intercrop. The intercrop emits a blend of compounds that repel (’push’) away stemborer moths, while the border plants emit semiochemicals that are attractive (’pull’) to the pests. Push-Pull has recently been adapted to drier areas through the incorporation of drought tolerant companion plants : Greenleaf Desmodium as an intercrop and Brachiaria cv Mulato as a border crop. In addition, Push-Pull also controls maize ear rots and mycotoxins, while improving soil health and providing high quality fodder, since the companion crops are superior forages. Therefore, the technology facilitates crop-livestock integration thus expanding farmers’ income streams.

“Over the past several months we received information from Push-Pull farmers that their fields were free of fall armyworm infestation while neighbouring monocrop plots were being ravaged by the pest. Therefore, we evaluated the climate-adapted version of the technology as a potential management tool for fall armyworm in Kenya, Uganda and Tanzania,” explains Prof. Zeyaur Khan, Push-Pull leader at icipe.

The study revealed fall armyworm infestation to be more than 80% lower in plots where the climate-adapted Push-Pull is being used, with associated increases in grain yields, in comparison to monocrop plots. The findings were supported by farmers’ perceptions through their own observations regarding significantly reduced presence of fall armyworm in Push-Pull plots.

“The ability to manage such a devastating pest clearly demonstrates Push-Pull’s utility as a platform technology in addressing the multitude of challenges that affect cereal-livestock farming systems in Africa. icipe intends to continue disseminating the technology as widely as possible across Africa, while advancing studies to understand the scientific basis of its effectiveness against the fall army worm,” says icipe Director General, Dr Segenet Kelemu.

Dr Kelemu further acknowledges the long term and dedicated investment by various donors including : the European Union ; Biovision Foundation for Ecological Development, Switzerland ; UK’s Department for International Development (DFID) ; Swedish International Development Cooperation Agency (SIDA) ; the Swiss Agency for Development and Cooperation (SDC) ; the Kenyan Government, and several others, in the development and implementation of Push-Pull, as a clear example that investment in research for development pays and generates high value for money.

Notes for Editors

icipe’s mission is to help alleviate poverty, ensure food security, and improve the overall health status of peoples of the tropics, by developing and extending management tools and strategies for harmful and useful arthropods, while preserving the natural resource base through research and capacity building.

The Push-Pull technology involves intercropping cereals with a pest repellent plant, such as Desmodium , which drives away or deters stemborers from the target food crop. An attractant trap plant, for instance, Napier grass ( Pennisetum purpureum ), is planted around the border of this intercrop, to attract and trap the pests. As a result, the food crop is protected from the pests. In addition, Desmodium (D. uncinatum or D. intortum) stimulates suicidal germination of Striga and inhibits its attachment to the roots of cereal crops by hindering growth of its haustorium. Moreover, Desmodium improves soil nitrogen, phosphorous, carbon and biodiversity. The technology has also been noted to reduce aflatoxin contamination, and more recently, the fall armyworm that has invaded several African countries. Push–Pull also has significant benefits for dairy farming, since Desmodium and Napier or Brachiaria grass are high quality animal fodder plants. Therefore, Push-Pull improves household nutrition, incomes and overall livelihoods.

Publication details : Midega CAO ; Pittchar JO ; Pickett JA ; Hailu GW ; Khan ZR (2017) A climate-adapted push-pull system effectively controls fall armyworm, Spodoptera frugiperda (JE Smith), in maize in East Africa. Crop Protection. Available at http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0261219417303216

Financial support for this research was provided to icipe by : European Union ; Biovision Foundation for Ecological Development, Switzerland ; UK’s Department for International Development (DFID) ; Swedish International Development Cooperation Agency ; the Swiss Agency for Development and Cooperation (SDC) ; and the Kenyan Government. The views expressed herein do not necessarily reflect the official opinion of these donors .

Collaborators : The studies were conducted in collaboration with Rothamsted Research, UK, which receives grant-aided support from the Biotechnology and Biological Sciences Research Council (BBSRC), UK, with additional funding provided under the Biological Interactions in the Root Environment (BIRE) initiative.

Corresponding author : Dr Charles Midega, Email : cmidega@icipe.org

 

« Tuta absoluta signalé au Madhya Pradesh et au Punjab, en Inde
icipe : la technologie Push-Pull pour gérer la chenille légionnaire d’automne, Spodoptera frujiperda

18 novembre 2017 par IAPPS

automne-armyworm-frontal-

communiqué de presse icipe
La technologie Push-Pull d’ icipe arrête le saccage des légionnaires d’automne

La légionnaire d’automne est un papillon destructeur qui cause des dommages dévastateurs à près de 100 espèces végétales, dont le sorgho, le riz, le blé et la canne à sucre, ainsi que diverses cultures horticoles menaçant la sécurité alimentaire et nutritionnelle, le commerce, les revenus des ménages et les économies globales. La légionnaire d’automne se propage très rapidement - dans sa phase adulte, elle peut se déplacer sur 100 kilomètres en une seule nuit. Le ravageur est également capable de pondre des centaines d’œufs, les larves émergeant creusant dans les cultures, détruisant et finalement tuant les plantes.

Jusqu’en 2016, la chenille légionnaire d’automne était limitée à sa région d’origine, l’hémisphère occidental (des États-Unis d’Amérique à l’Argentine). Cependant, en janvier 2016, le ravageur a été signalé au Nigeria et s’est depuis propagé à un rythme alarmant à travers l’Afrique ; sa présence a été confirmée dans plus de 28 pays africains, tandis que neuf autres sont fortement suspects ou attendent une confirmation de l’invasion.

Déjà, en moins de deux ans, l’impact de la légionnaire d’automne se fait sentir à travers l’Afrique. Les estimations de 12 pays africains indiquent que le ravageur cause des pertes annuelles de maïs de 8 à 21 millions de tonnes, entraînant des pertes monétaires allant jusqu’à 6,1 milliards de dollars US, affectant plus de 300 millions de personnes en Afrique, qui dépendent directement ou indirectement sur la culture pour la nourriture et le bien-être. L’impact du ravageur risque d’être encore plus important lorsque ses dégâts sur d’autres cultures sont quantifiés.

Cette nouvelle menace empile sur une série de défis existants qui affligent l’Afrique. Par exemple, de nombreuses régions du continent subissent déjà les effets du changement climatique, y compris le temps plus sec et plus chaud, les sols stressés, divers ravageurs envahissants tels que Tuta absoluta et l’augmentation des ravageurs existants tels que les stembeurs et les adventices parasitaires Striga. , entraînant des menaces accrues pour l’agriculture et la santé.

« Les efforts pour contrôler la chenille légionnaire d’automne par des méthodes conventionnelles, comme l’utilisation d’insecticides, sont compliqués par le fait que le stade adulte du ravageur est le plus actif la nuit et que l’infestation n’est détectée que lorsque la culture est endommagée. Le ravageur a également une gamme variée de plantes hôtes alternatives qui permettent à ses populations de persister et de se propager. De plus, il a été démontré que la légionnaire d’automne développait une résistance à certains insecticides, tandis que la performance de ces produits chimiques était limitée par le manque de connaissances et de pouvoir d’achat des agriculteurs, entraînant l’utilisation de produits de mauvaise qualité et souvent nocifs. Charles Midega.

Une étude récente a établi qu’une version adaptée au climat de Push-Pull, une technologie déjà largement utilisée par icipe et ses partenaires, est efficace pour lutter contre la chenille légionnaire d’automne, fournissant une stratégie appropriée, accessible, écologique et rentable pour la gestion des le ravageur. Ces résultats représentent le premier rapport documenté d’une technologie facilement disponible qui peut être immédiatement déployée dans différentes régions d’Afrique pour gérer efficacement la légionnaire d’automne.

Push-Pull, une technologie de culture de compagnon innovante développée au cours des 20 dernières années par icipe en étroite collaboration avec des partenaires nationaux en Afrique de l’Est et Rothamsted Research, Royaume-Uni, est modelée sur le système de culture multiple des petits agriculteurs africains. Développé à l’origine pour lutter contre les insectes ravageurs des cultures céréalières dans la majeure partie de l’Afrique et les adventices Striga parasites, Push-Pull implique la culture intercalaire de céréales avec des légumineuses insectifuges du genre Desmodium et la plantation d’une plante fourragère attrayante comme Napier. l’herbe comme une bordure autour de cette culture intercalaire. La culture intercalaire émet un mélange de composés qui repoussent (éloignent) les mites des stembeurs, tandis que les plantes de bordure émettent des substances sémiochimiques attrayantes (« pull ») contre les parasites. Push-Pull a récemment été adapté aux zones plus sèches grâce à l’incorporation de plantes compagnes tolérantes à la sécheresse : Greenleaf Desmodium en culture intercalaire et Brachiaria cv Mulato en culture de bordure. En outre, Push-Pull contrôle également les pourritures de l’épi de maïs et les mycotoxines, tout en améliorant la santé du sol et en fournissant un fourrage de haute qualité, puisque les cultures associées sont des fourrages de qualité supérieure. Par conséquent, la technologie facilite l’intégration des cultures et de l’élevage, élargissant ainsi les sources de revenu des agriculteurs.

"Au cours des derniers mois, nous avons reçu des informations de la part des fermiers de Push-Pull que leurs champs étaient exempts d’infestation de chenilles légionnaires d’automne tandis que les parcelles de monoculture voisines étaient ravagées par le ravageur. Par conséquent, nous avons évalué la version adaptée au climat de la technologie comme un outil de gestion potentiel pour la chenille légionnaire d’automne au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie », explique le professeur Zeyaur Khan, leader de Push-Pull à icipe.

L’étude a révélé que l’infestation par les légionnaires d’automne était inférieure de plus de 80% dans les parcelles où le système Push-Pull adapté au climat est utilisé, avec des augmentations associées des rendements en grains, par rapport aux parcelles monocultures. Les conclusions ont été confirmées par les perceptions des agriculteurs à travers leurs propres observations concernant la présence significativement réduite de légionnaires d’automne dans les parcelles Push-Pull.

« La capacité à gérer un ravageur aussi dévastateur démontre clairement l’utilité de Push-Pull en tant que technologie de plate-forme pour faire face à la multitude de défis qui affectent les systèmes d’élevage céréalier en Afrique. icipe a l’ intention de continuer à diffuser la technologie aussi largement que possible en Afrique, tout en faisant progresser les études pour comprendre la base scientifique de son efficacité contre le ver de l’armée de l’automne », déclare le Dr Segenet Kelemu.

Le Docteur Kelemu reconnaît en outre l’investissement à long terme et dédié de divers donateurs, notamment : l’Union européenne ; Fondation Biovision pour le développement écologique, Suisse ; Département britannique pour le développement international (DFID) ; Agence suédoise de coopération internationale au développement (SIDA) ; l’Agence suisse pour le développement et la coopération (DDC) ; le gouvernement kényan et plusieurs autres, dans le développement et la mise en œuvre de Push-Pull, montrent clairement que l’investissement dans la recherche pour le développement paie et génère un rapport qualité-prix élevé.

Notes pour les éditeurs

La mission d’icipe est d’aider à réduire la pauvreté, assurer la sécurité alimentaire et améliorer l’état de santé général des peuples des tropiques en développant et en développant des outils de gestion et des stratégies pour les arthropodes nuisibles et utiles, tout en préservant les ressources naturelles.

La technologie Push-Pull consiste à intercaler des céréales avec une plante répulsive contre les ravageurs, telle que Desmodium , qui chasse ou détourne les membres de la culture cible. Une plante piège attractif, par exemple, l’herbe Napier ( Pennisetum purpureum ), est plantée autour de la frontière de cette culture intercalaire, pour attirer et piéger les parasites. En conséquence, la culture vivrière est protégée contre les parasites. En outre, Desmodium (D. uncinatum ou D. intortum) stimule la germination suicidaire du Striga et inhibe son attachement aux racines des cultures céréalières en entravant la croissance de son haustorium. De plus, Desmodium améliore l’azote du sol, le phosphore, le carbone et la biodiversité. La technologie a également été noté pour réduire la contamination par les aflatoxines, et plus récemment, la légionnaire d’automne qui a envahi plusieurs pays africains. Push-Pull présente également des avantages importants pour la production laitière, étant donné que Desmodium et Napier ou Brachiaria grass sont des plantes fourragères animales de haute qualité. Par conséquent, Push-Pull améliore la nutrition des ménages, les revenus et les moyens de subsistance globaux.

Détails de publication : Midega CAO ; Pittchar JO ; Le juge Pickett ; Hailu GW ; Khan ZR (2017) Un système push-pull adapté au climat contrôle efficacement la légionnaire d’automne, Spodoptera frugiperda (JE Smith), dans le maïs en Afrique de l’Est. Protection des cultures. Disponible à http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0261219417303216

Un soutien financier à cette recherche a été fourni à icipe par : l’Union européenne ; Fondation Biovision pour le développement écologique, Suisse ; Département britannique pour le développement international (DFID) ; Agence suédoise de coopération internationale au développement ; l’Agence suisse pour le développement et la coopération (DDC) ; et le gouvernement kenyan. Les opinions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement l’opinion officielle de ces donateurs .

Collaborateurs : Les études ont été menées en collaboration avec Rothamsted Research, Royaume-Uni, qui reçoit un soutien financier du Conseil de recherche en biotechnologie et en sciences biologiques (BBSRC) au Royaume-Uni, avec un financement supplémentaire dans le cadre de l’initiative BIRE. .

 

Auteur correspondant : Dr Charles Midega, Email : cmidega@icipe.org

Derniers articles

8 décembre, par Rédaction SNP

Rapport Anses sur l’action collective CAVEM

https://www.anses.fr/fr/system/files/SANTVEG2017SA0035Ra.pdf
Reçu il y a quelques minutes de notre ´chalutier’ MENTION nous le publions en l’état. Nos commentaires dans l’esprit de ne pas perturber les observations que (...)

7 décembre, par Rédaction SNP

Ils auront fait le plein en 2017 !! 👏

Aujourd’hui, lors de la cérémonie à la Maison de la Chimie à Paris, M2i s’est vu récompensée par le Prestigieux Prix Pierre Potier pour la mise au point d’une synthèse innovante de la phéromone du ver de la grappe, utilisée dans la (...)

6 décembre, par Rédaction SNP

Une réponse qui peut "booster" notre dossier...

Tout d’abord, un grand merci à la députée Geneviève Levy et félicitations aux ministères pour une réponse d’une rapidité inhabituelle. Ensuite, il faut noter que la question était pour le ministère de la Transition écologique et (...)

Edito

Edito, novembre 2017

12 décembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier, *
La fin de l’année est désormais proche et il faut penser à satisfaire aux formalités d’approbation des comptes et du rapport moral et d’activité 2016. Néanmoins, il est apparu au bureau que la préparation cette assemblée tombait particulièrement mal puisque nous étions par ailleurs très pris par notre importante conférence de Monaco cette semaine. De plus une telle assemblée occulterait quasiment une (...)