Accueil > Documentation > Colloques et conférences diverses, contributions > Prof. MH Dhouibi à la Villa Thuret

Prof. MH Dhouibi à la Villa Thuret

mardi 13 mars 2018 - Rédaction SNP

Grâce à Catherine Ducatillon Directrice de l’Unité Exprimentale Villa Thuret, nous avons pu tenir une réunion dans ce célèbre lieu , don à l’Etat de la famille éponyme, géré depuis 1946 par l’INRA. Notre invité était le Professeur Mohamed Habib Dhouibi entomologiste membre de l’Institut National Agronomique de Tunisie (INAT), en charge pour ce pays de la lutte contre le charançon rouge du palmier.

Étaient présents les directions espaces verts de Nice, Cannes, Vence et des communautés Cavem (Fréjus Saint-Raphaël) et Casa (Antibes Sophia), Elisabeth Tabone (INRA), Richard Bellanger (INRA) Robert Castellana (Projet Phoenix) / Pascal Moya (M2 LifeScience).

Le Professeur Mohamed Habib Dhouibi a présenté la stratégie de lutte intégrée appliquée dans le nord de la Tunisie pour éviter une contagion aux oasis et palmeraies du Sud. Il s’agit du contrôle de la circulation des végétaux, de la détection visuelle précoce des infestations, de la gestion des déchets par enfouissement.

En ce qui concerne le préventif ils ont essayé a peu près toutes les stratégies, sans en retenir franchement une pour des raisons d’efficacité mais également de coût. L’essentiel de leur stratégie repose le piegeage massif (plusieurs milliers dans le gouvernorat de Tunis). La Tunisie a retenu une densité de 6 pièges à l’hectare et l’utilisation de RynchoPro d’M2 I LS de préférence à la phéromone californienne ISCA. Les piéges utilisées sont les plus basiques . Ils ne connaissent pas pour l’instant, nos Multi Funnel Traps !

L’INAT gére les captures sans outils trop sophistiqués et se contente d’un zonage de plusieurs hectares. Il privilégie la présence sur le terrain. Sur deux exercices a été constaté une chute spectaculaire des captures passant de 7/8 par semaine et par piège à moins de 1.

La position de SNP partagé par de nombreux participants, est de souhaiter que la réglementation française évolue de manière à faire du piégeage une stratégie complémentaire des trois autres.

Tous les participants on pu ensuite visiter le laboratoire de bio contrôle – Laboratoire Biocontrôle INRA UEFM dirigé par Elisabeth Tabone et constater les travaux en cours sur les trichogrammes oophages et les parasitoïdes du PA.

Portfolio

Derniers articles

20 mars, par Rédaction SNP

Congrès AMPP Veillée d’armes

Communiqué de Presse
Madame, Monsieur,
Une délégation franco-italienne se rendra au Congrès de l’Association Marocaine de Protection des Plantes (Rabat 26-27 mars 2019), afin de présenter un état des lieux sur la lutte en (...)

13 mars, par Rédaction SNP

En pays Varois ....

Merci à ce support de Presse régional en pleine « remontada » de nous accueillir à nouveau pour présenter cette nouvelle technologie de détection très en amont des attaques de ravageurs. L’affaire commence à s’ébruiter puisqu’un (...)

Edito

Edito de février 2019

10 mars, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Retenons la date du 11 février 2019 , celle de la grande réunion de concertation organisée à la DGAL. Nous avons pu très correctement nous exprimer pour dire synthétiquement :
- Toute nouvelle réglementation doit également porter sur le papillon Paysandisia Archon
- Il faut donner un cadre légal même dérogatoire au piégeage massif qui est explicitement recommandé par l’ANSES. Le ministère doit ensuite (...)