Accueil > État sanitaire, progression des infestations > Portugal la double peine....

Portugal la double peine....

samedi 22 avril 2017 - Rédaction SNP

http://bardofelysays.blogspot.fr/2017/04/why-are-portugals-pines-and-palms-dying.html

Intéressant ce parallèle entre deux calamités l’une que nous connaissons bien et l’autre qui est probablement malheureusement à venir, le fameux nématode du pin (Ne pas confondre avec nos nématodes CRP Steinernema carpocapsae). http://www.ccnse.ca/documents/practice-scenario/les-nématodes-dans-la-lutte-antiparasitaire#types

En novembre 2015 nous avions assisté à un colloque INRA à Bordeaux sur le sujet.

http://www.sauvonsnospalmiers.fr/le-nematode-du-pin.html

 Nous voudrions simplement en tirer 3 enseignements :

* Les approches "coupe claire" pour le pin ne sont pas plus efficaces que les zones 100 m, 200m, 10 kilomètres pour le palmier.

* Il faut réagir instantanément en tout début d’infestation par des moyens puissants essentiellement phytopharmaceutiques.

* Il faut concomitamment dégager des moyens tout aussi importants pour la recherche de solutions biologiques sur le long terme basées sur l’écologie chimique.

 

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)