Accueil > Documentation > Entomologie > Porquerolles : le coffre-fort de la biodiversité

Porquerolles : le coffre-fort de la biodiversité

lundi 8 janvier 2018 - Rédaction SNP

https://youtu.be/fLsjYnWQuL4

http://www.cbnmed.fr/pres/index.php http://www.cbnmed.fr/pres/index.php

 Cette vidéo a été réalisée par l’équipe de la conservatrice Sylvia Lochon-Menseau avec laquelle le PNPC collabore pour la mise au point d’un IPM contre le CRP à Porquerolles. La conservatrice a d’ailleurs participé aux travaux de nos rencontres du 15 décembre à Monaco.

Il va falloir trouver une stratégie réellement 100 % bio, efficace et compétitive. On pense à l’action de champions entomopathogènes couplée avec un piégeage dense et la protection de la couronne par des substances répulsives stables. SNP s’active pour trouver les moyens financiers publics ou privés nécessaires pour s’attacher les compétences d’un centre scientifique en charge l’élaboration de protocoles d’essai et de formulation.

 

Derniers articles

20 mars, par Rédaction SNP

Congrès AMPP Veillée d’armes

Communiqué de Presse
Madame, Monsieur,
Une délégation franco-italienne se rendra au Congrès de l’Association Marocaine de Protection des Plantes (Rabat 26-27 mars 2019), afin de présenter un état des lieux sur la lutte en (...)

13 mars, par Rédaction SNP

En pays Varois ....

Merci à ce support de Presse régional en pleine « remontada » de nous accueillir à nouveau pour présenter cette nouvelle technologie de détection très en amont des attaques de ravageurs. L’affaire commence à s’ébruiter puisqu’un (...)

Edito

Edito de février 2019

10 mars, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Retenons la date du 11 février 2019 , celle de la grande réunion de concertation organisée à la DGAL. Nous avons pu très correctement nous exprimer pour dire synthétiquement :
- Toute nouvelle réglementation doit également porter sur le papillon Paysandisia Archon
- Il faut donner un cadre légal même dérogatoire au piégeage massif qui est explicitement recommandé par l’ANSES. Le ministère doit ensuite (...)