Accueil > Documentation > Entomologie > Porquerolles : le coffre-fort de la biodiversité

Porquerolles : le coffre-fort de la biodiversité

lundi 8 janvier 2018 - Rédaction SNP

https://youtu.be/fLsjYnWQuL4

http://www.cbnmed.fr/pres/index.php http://www.cbnmed.fr/pres/index.php

 Cette vidéo a été réalisée par l’équipe de la conservatrice Sylvia Lochon-Menseau avec laquelle le PNPC collabore pour la mise au point d’un IPM contre le CRP à Porquerolles. La conservatrice a d’ailleurs participé aux travaux de nos rencontres du 15 décembre à Monaco.

Il va falloir trouver une stratégie réellement 100 % bio, efficace et compétitive. On pense à l’action de champions entomopathogènes couplée avec un piégeage dense et la protection de la couronne par des substances répulsives stables. SNP s’active pour trouver les moyens financiers publics ou privés nécessaires pour s’attacher les compétences d’un centre scientifique en charge l’élaboration de protocoles d’essai et de formulation.

 

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)