Accueil > L’association > Vie de l’association > Plan communication : Phase 2- Les CIL

Plan communication : Phase 2- Les CIL

mercredi 16 mai 2012 - Rédaction SNP

 Ce soutien est déterminant car il provient d’un CIL leader sur l’agglomération toulonnaise.

Madame, Monsieur,
 Dans un message du 12 janvier, je vous annonçais la tenue d’une conférence sur le charançon rouge du palmier. Cette conférence a eu un certain succès et son initiateur, M. Hervé Pietra, également adhérent de notre CIL, a bataillé ferme pour obtenir qu’un traitement, l’endothérapie, soit autorisé. C’est désormais chose faite.
A présent, il souhaite que son association soit mieux reconnue. Pour cela, il faut que le nombre d’adhérents soit le plus élevé possible. C’est pourquoi le conseil d’administration du CIL a accepté de vous communiquer sa lettre aux adhérents dans laquelle vous trouverez toutes les explications utiles, ainsi qu’un bulletin d’adhésion.
 Avec mes plus cordiales salutations.Christian Fabre
président du CIL du Cap Brun et du Petit Bois
site Internet : http://www.cil-capbrun-petitbois.org/

Notre objectif obtenir de proche en proche l’appui de tous les CIL de la
zone d’expérimentation. Dans ces conditions le niveau de la cotisation
étant quasi symbolique l’objectif de 1000 membres pour l’association fin
de 2012 n’a rien d’utopique.

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)