Accueil > Réglementation > Débats parlementaires & Conseil des ministres & PE > Pitié, laissez nous le Confidor !

Pitié, laissez nous le Confidor !

dimanche 22 mars 2015 - Rédaction SNP

Le débat sur la loi biodiversité bat son plein au Parlement avec des propositions qui ne sont pas toutes raisonnables, c’est le moins qu’on puisse dire .... Parmi elles, un amendement accepté par l’Assemblée Nationale (1), dont l’exposé des motifs n’est remarquable que par l’affirmation que la France est bien la mère des nations : il faut savoir montrer la voie à l’Europe ! L’amendement fait définitivement la peau aux néonicotinoïdes ... Ségolène Royal a soutenu cet amendement. Le tout plié en cinq minutes. Pour une décision de cette importance, qui impacte lourdement l’agriculture, sans étude économique d’impact, considérant les graves contradictions qui existent dans le raisonnement de soutien à cet amendement (2), c’est proprement renversant....

Le plus surprenant, c’est que le ministre de l’agriculture, Stéphane le Foll, "homme du président", droit dans ses bottes, a, au Sénat, il y a quelques jours, pris une position strictement inverse. On en a parlé pour se détendre : le coup de déprime du sénateur Labbé

http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article1078

On sait que le Sénat n’a pas le dernier mot. Qui va donc triompher ? quels petits arrangements à venir ? Quelque chose nous échappe ? quelle légèreté législative de voir des ministères incapables de se mettre d’accord avant des débats parlementaires. Pour les professionnels du palmier, cette perspective est tout simplement impossible à imaginer. Alors que nos voisins immédiats ont plusieurs molécules à leur disposition pour croiser le tir et combattre l’accoutumance, ils n’ont plus qu’un fusil "one shot" qu’on voudrait mettre au casier. Auront-ils une dérogation ou va-t-on voir ressurgir le péché mignon des agriculteurs-bio et du citoyen-bobo, l’huile de Neem (azadirachtine) miraculeusement blanchie des accusations de perturbateurs endocriniens ? Veut-on encore booster le commerce illégal de produits phyto ?

Nous ne voulons pas prendre parti sur l’intégralité de la question, mais nous vous engageons à lire l’article suivant, dont le titre un peu trop provocateur, ne doit pas cacher un travail très sérieux et particulièrement complet.

Les adversaires idéologiques des insecticides sont naturellement sur le pied de guerre, voir en portfolio le mail-tract de l’organisation Pollinis.

(1) Voir l’amendement sur le site de l’Assemblée nationale : http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2064/AN/754.asp

(2) http://imposteurs.over-blog.com/article-neonicotinoides-scandale-mediatique-et-politique-sur-fond-d-expertise-de-l-efsa-par-wackes-seppi-115227070.html
 

Derniers articles

16 juillet, par Rédaction SNP

Adopter la Vigilance Attitude pour CRP & PA

En septembre 2017 nous vous avons signalé l’apparition de cette application lanceur d’alertes. Le démarrage n’a pas été à la hauteur de nos espérances. il faut dire que les mairies que nous avons approché pour leur dire tout (...)

15 juillet, par Rédaction SNP

REVIVE saison 2

On attendait une extension d’usage au Paysandisia, la suppression d’un adjuvant....rien de tout cela. En baptisant REVIVE II ARETOR nom commercial ( et non Terminator !) la firme a sans doute voulu s’éloigner de la notion (...)

14 juillet, par Rédaction SNP

INRA et BIOCONTROLE

Intéressante communication grand public faisant le point des recherches de l’institution sur le Biocontrole. Sont abordés les domaines :
DES ODEURS POUR LUTTER CONTRE LES RAVAGEURS
LES MACRO-ORGANISMES : DES ALLIÉS DE (...)

Edito

Edito de juin 2018

13 juillet, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Vous connaissez l’aphorisme "le pire n’est jamais sûr" on va s’y accrocher. Pourtant le 1er septembre c’est demain date-butoir de l’utilisation du Confidor. Nous n’avons aucune nouvelle de notre demande article 53 de prorogation 120 jours de l’usage de ce produit.
On a le sentiment que les lobbys écologistes sont tellement puissants dans notre pays que rien ne peut résister à leurs péremptoires (...)