Accueil > Revue De Presse > L’Europe, l’Afrique, le Monde > Pieds-noirs de Tunisie, la double peine....

Pieds-noirs de Tunisie, la double peine....

samedi 4 janvier 2014 - Rédaction SNP

Perdre en même temps le Roi des palmiers de son enfance, et ceux de la mère patrie les pieds-noirs de Tunisie sont à la double peine ....
Nous savons par nos contacts tunisiens, en particulier de notre ami CHEBBI Hamda Chef de service d’Entomologie au ministère tunisien de l’agriculture, que leur pays pourtant confronté à de grandes difficultés économiques et politiques s’attaque avec courage et détermination à ce fléau avec l’aide de la FAO.
Nous suivons avec beaucoup d’intérêt leurs efforts. En 2014 l’association " Sauvons nos Palmiers" prendra beaucoup d’ initiatives qui seront peut-être des sources d’inspiration pour un même combat dans d’autres lieux.                                                        

En attendant nous voudrions suggérer aux Tunisiens une inititative insolite, quoique ? Abandonner la République ( non le régime "le pire de tous à l’exception de tous les autres" pour parler comme Churchill, mais l’avenue de la République à Carthage. Pour lui redonner le nom d’avenue du cardinal Charles Martial Lavigerie qui aima si passionnément votre pays et pour lui rendre hommage planta cette fameuse avenue de palmiers à l’occasion du congrès de l’eucharistie de Carthage en 1930.

Alors, par une grâce divine, qui n’offensera pas Allah , l’esprit du cardinal viendra terrasser les charançons impies !!!! Prenez ce risque, pas besoin d’AMM, au pire un geste d’affection entre les communautés

http://www.tunisia-live.net/2013/03/18/carthago-palmarum-delenda-est-epidemic-sweeps/

Derniers articles

19 mai, par Rédaction SNP

Newsletter - édition 34

Croissance respective des bambous grands adversaires des vis-à-vis....
http://palmvrienden.net/frlapalmeraie/2018/05/a-quelle-vitesse-le-bambou-pousse-t-il/

Edito

Edito d’avril 2018

6 mai, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avons poursuivi notre lobbying au bon sens du terme pour plaider l’évidence du maintien pour moins de 24 mois encore du seul phytosanitaire à notre disposition, en l’absence, espérons-le provisoire, de solutions biologiques de remplacement. Quasiment impossible de mobiliser la presse face aux grands censeurs de l’écologiquement correct.....
Nous avons donc saisi à deux reprises la Direction (...)