Accueil > Revue De Presse > L’Europe, l’Afrique, le Monde > Pétition à l’Italienne "NON C’È PIÙ TEMPO"

Pétition à l’Italienne "NON C’È PIÙ TEMPO"

jeudi 26 juin 2014 - Rédaction SNP


 25 jardins historiques et associations locales de Bordighera ont décidé d’adresser au Ministère de l’Agriculture italien une pétition, pour dénoncer le non-respect de la politique de lutte obligatoire contre le ravageur dans la Région. Les jardins, les institutions culturelles et les associations de Bordighera demandent dans ce texte la mise en œuvre planifiée de toutes les techniques de lutte et d’éradication du charançon rouge actuellement autorisées au niveau européen .


http://www.listephoenix.com/wp-content/uploads/2014/05/RPW-Bordighera-Petizione-versione-definitiva.pdf


Trés belle initiative, signalée par Robert Castellana coordinateur du projet Phœnix. Nous approuvons d’autant que nous vous en donnons ici une traduction grâce à une de nos administratrices. C’est un peu une agréable surprise car nous avions retiré le sentiment de notre présence au congrès de San Remo que nos amis italiens avaient un peu baissé la garde. Donc 100 % d’accord pour faire sauter toutes les contraintes nationales, mais plus circonspects sur les capacités d’organisation des pays du sud de l’Europe qui à la fois subissent et sont pusillanimes sur ce sujet. Il reste fondamental de faire savoir au pouvoir politique qu’une partie significative de la société civile est décidée à se battre.


Nous serions bien en peine de faire la même chose en France. En mai 2013 quelles institutions françaises ont signé notre pétition au ministre Le Foll ?


NOUS N’AVONS PLUS LE TEMPS......



LES JARDINS, LES INSTITUTIONS CULTURELLES ET LES ASSOCIATIONS DE BORDIGHERA DEMANDENT A L’ITALIE L’APPLICATION STRATEGIQUE DE TOUTES LES TECHNIQUES AUTORISEE AU NIVEAU EUROPEEN EN MATIERE DE LUTTE ET D’ERADICATION DU CHARANCON ROUGE
Face à la disparition dramatique des palmiers patrimoniaux centenaires, les représentants des jardins, institutions et associations socio-culturelles de la ‘’ Cité des Palmiers’’ et du territoire limitrophe, demandent que soit mis en œuvre, au plus vite, étant donné la situation d’extrême urgence – un plan stratégique qui utiliserait tous les instruments répertoriés au niveau européen en matière de lutte contre le charançon rouge du palmier.
Chaque palmier historique perdu est un morceau de notre paysage qui se défait et s’efface à jamais. Ce paysage qui a été, et pourrait continuer à être, une ressource essentielle d’attraction pour le tourisme international, depuis le XVIIIème siècle jusqu’à aujourd’hui, et demain.
Une valeur inestimable qui se perd chaque jour. Une infestation qui est en train de se propager d’une façon exponentielle.
Entre aujourd’hui et octobre prochain, la seule Bordighera , ‘la Cité des Palmiers’, risque de perdre 600 palmiers de plus.
Cette situation se propage à toute la côte Ligure, toute l’Italie, à l’Europe.
A l’origine de cette initiative, un constat alarmant et amer :
Depuis l’apparition, en 2007, du charançon rouge à Bordighera et sur le territoire limitrophe, aucune des techniques de lutte – biologique et chimique – autorisées au niveau européen n’a été mise en application de façon stratégique.
Nous avons, au contraire, continué à assister à l’abattage inexorable et continu des palmiers infestés ou à l’application de produits chimiques par aspersion en prévention comme en traitement , à l’initiative d’organismes publics et de propriétaires de jardins privés, à des coûts très élevés et pour des résultats décevants.
URGENCE D’UN PLAN DE REFERENCE ET D’UNE STRATEGIE AU NIVEAU NATIONAL, REGIONAL, et COMMUNAL
Les requérants demandes donc que les autorités , à travers un plan stratégique urgentissime dans un contexte de lutte intégrée, assument leurs propres responsabilités et rendent effectives toutes les diverses méthodes aux termes de la loi ; ils demandent en outre qu’ils communiquent d’une manière transparente à la communauté – au niveau national, régional et communal – les choix qu’ils entendent adopter pour constater et éradiquer le charançon rouge des palmiers.
Abattre et éliminer un seul palmier – centenaire et patrimoine commun – ne résoud pas le problème d’infestation et représente un coût exorbitant .
Les propriétaires privés, les parcs, les institutions culturelles, les autorités publiques ne peuvent pas continuer à se charger du coût et de la responsabilité de traiter les palmiers, sans un plan et une méthode de référence de la part des services compétents.
Les requérants décident de transmettre cette requête à l’attention des Organisations compétentes, des institutions scientifiques et des autorités, afin d’obtenir l’adoption effective d’un plan stratégique commun.
Si nous voulons tenter de sauver un patrimoine d’une valeur historique, culturelle, environnementale, et paysagère inestimable, il faut agir immédiatement.
Bordighera, ‘’Cité des Palmiers’’, une fois disparue l’espèce ‘canariensis’, risque de voir s’effacer à jamais la palmeraie historique du Bodeo, seconde en importance en Europe après celle de Elche en Espagne, et les autres palmiers dattilifères répartis sur tout le territoire.
Les signataires de ce document, en tant que représentants de la société civile, s’engagent à suivre de près et à rester vigilants sur ce problème gravissime, tout en contrôlant les décisions et les actions des autorités compétentes en la matière.
"


( traduction C T-P)


autres liens les expériences locales 

http://notizie.alguer.it/n?id=72191


http://www.gazzettadisalerno.it/2014/06/06/disinfestazione-punteruolo-rosso-salerno-date-orari-strade-coinvolte/

Derniers articles

18 novembre, par Rédaction SNP

Tous à Monaco.... le 15 décembre

Désormais régulières ces rencontres à l’initiative de la direction de l’aménagement urbain de la principauté * élaborées en collaboration avec Robert Catellana Listephoenix, l’association des Fous de Palmiers et SNP permettent de (...)

Edito

Edito , octobre 2017

2 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Depuis un mois nous avons réussi à mettre au point une position cohérente harmonisée avec les "Fous de Palmiers" vis-à-vis de l’administration centrale française, en particulier concernant une vision commune de l’éventuelle réforme de la réglementation en réponse au "lâchage" de la Commission Européenne. Nos deux associations ont convenu de conduire une campagne de communication sur ce sujet. Ensemble, nous (...)