Accueil > Documentation > Entomologie > Paysandisia archon le latin lover.....

Paysandisia archon le latin lover.....

samedi 12 avril 2014 - Rédaction SNP

http://presse.inra.fr/Ressources/Communiques-de-presse/Les-pattes-de-la-seduction-du-papillon-palmivore-Paysandisia-archon

Le paysandisia archon c’est un peu le parent pauvre des ravageurs pourtant il fait des dégâts considérables. La lutte contre lui n’est pas obligatoire mais compte tenu des résultats de la lutte obligatoire contre le charançon, on n’est pas très tenté...(*)

 Il faut dire que les moyens de lutte dont nous disposons sont bien insuffisants. En phyto des insecticides de contacts forcément en pulvérisation pas terrible sur le long terme. On évoque souvent la substance active spinosad réputée utilisable en Agriculture Biologique mais elle est très toxique pour les abeilles, peut provoquer la prolifération d’individus résistants enfin le produit déjà ancien reste très cher.

 Pas plus récent, onéreux, efficacité contestée ou à tout le moins un médiocre rapport qualité prix le Beauvaria Bassiania.

N’oublions pas les nématodes panacée de la lutte bio, mais les surfaces traitées sont importantes il en faut beaucoup ce n’est pas très ciblé, le papillon est actif dans les périodes les plus chaudes qui ne réussissent pas du tout aux nématodes. Enfin là aussi le produit est cher, nous avons relevé de très significatives différences de prix avec d’autres pays européens comme la Grèce.

 enfin il n’y a aucun moyen de piégage.

 en ce qui concerne la recherche ( française) à notre connaissance les travaux de :

* Brigitte Frérot INRA - Université Pierre et Marie Curie sur justement sur cette hormone sexuelle

* Elisabeth Tabone INRA Antibes sur les trichogrammes oophages

 Il faut absolument que ces recherches soient poursuivies et donc financées . Le marché est sans doute considéré trop étroit par les firmes qui préfèrent s’intéresser à la lutte bio pour les grandes cultures. Mais c’est une erreur car la progression du papillon augmente malheureusement chaque jour le nombre de clients.

 Que faire ? Comme nous le recommandait récemment le docteur Paul Cochereau ORSTOM IRD ER installé en Nouvelle-Calédonie ne faut-il pas à l’instar des Australiens étudier les équilibres ravageur/ prédateur dans les pays d’origine. il suggère l’Amérique du Sud pour le paysandisia et l’Inde (les laboratoires indien de Bangalore) pour le charançon. Des compétences locales de plus en plus pointues et très compétitives associées à l’ excellence de la recherche française constitueraient la garantie qu’une introduction ici de prédateurs ne donnerait pas un remède pire que le mal.

(*) http://www1.montpellier.inra.fr/paysandisia/sources/index.php?page=paysandisia_reglementation

Portfolio

Derniers articles

15 juillet, par Rédaction SNP

REVIVE saison 2

On attendait une extension d’usage au Paysandisia, la suppression d’un adjuvant....rien de tout cela. En baptisant REVIVE II ARETOR nom commercial ( et non Terminator !) la firme a sans doute voulu s’éloigner de la notion (...)

14 juillet, par Rédaction SNP

INRA et BIOCONTROLE

Intéressante communication grand public faisant le point des recherches de l’institution sur le Biocontrole. Sont abordés les domaines :
DES ODEURS POUR LUTTER CONTRE LES RAVAGEURS
LES MACRO-ORGANISMES : DES ALLIÉS DE (...)

13 juillet, par Rédaction SNP

SNP trés honorée......

Tout le monde connaît le célébrissime Jardin des Cédres à Saint-Jean-Cap-Ferrat, https://sauvonsnospalmiers.fr/le-jardin-des-cedres-edition-speciale-du-palmier.html dont le génie végétal est emporté dans les tourmentes de la (...)

Edito

Edito de juin 2018

13 juillet, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Vous connaissez l’aphorisme "le pire n’est jamais sûr" on va s’y accrocher. Pourtant le 1er septembre c’est demain date-butoir de l’utilisation du Confidor. Nous n’avons aucune nouvelle de notre demande article 53 de prorogation 120 jours de l’usage de ce produit.
On a le sentiment que les lobbys écologistes sont tellement puissants dans notre pays que rien ne peut résister à leurs péremptoires (...)