Accueil > Réglementation > Réglementation / Obligations déclaratives > Pas cool tout ça ...

Pas cool tout ça ...

dimanche 15 décembre 2013 - Rédaction SNP

La DGCCRF vient de publier son dernier contrôle de la mise sur le marché de produits phytopharmaceutiques (PPP) et leur conformité à la réglementation."Cette enquête répond à l’obligation communautaire fixée à l’article 68 du règlement (CE) n° 1107/2009, qui prévoit en outre la transmission à la Commission européenne d’un rapport annuel faisant état des résultats des contrôles. Les contrôles, visant les produits destinés au grand public et ceux destinés aux professionnels des zones agricoles ou non agricoles (espaces verts), ont plus particulièrement ciblé : *les nouveaux produits répondant à la demande de produits « alternatifs », plus respectueux de l’environnement. Certains portent des mentions relatives au jardinage « biologique », au « respect de l’environnement », à l’« écojardinage » et diverses allégations environnementales ne correspondant pas toujours aux exigences de la réglementation ;
*la conformité de l’étiquetage du classement de danger (pavé sécurité) des produits destinés au grand public avec la réglementation des préparations dangereuses (directive 99/45/CE).
L’enquête a révélé -des anomalies relatives aux conditions de vente : non-inscription de la substance active, absence d’agrément distributeur ou de mise à jour des coordonnées, etc. ;
-relatives à l’étiquetage et à l’emballage : classement de danger, divers défaut d’étiquetage, conditions de stockage… ;
-chez les utilisateurs (principalement mairies et golfs) : produit non autorisé, retrait d’autorisation de mise sur le marché et conditions de stockage inappropriées ;
-sur les sites de vente internet. Par ailleurs, des analyses ont été effectuées et ont mis en évidence la composition non conforme de 36 échantillons. Il convient de souligner que les non-conformités sont essentiellement dues à des défauts d’étiquetage, dans un contexte très évolutif de la réglementation dont les opérateurs ont une mauvaise connaissance".

Résultat .....au delà d’une habile rédaction qui veut n’épargner personne, des chiffres catastrophiques par exemple 36 non-conformités sur 54 prélèvements !!!! de nombreuses sanctions, des ouvertures de contentieux. bref du lourd .....

http://www.economie.gouv.fr/dgccrf/controle-des-produits-phytopharmaceutiques

Alors sans être un "Taubira addict" on peut s’interroger sur les fondements de la faute. Heureusement, le ministère nous met un peu mis sur la piste en écrivant "dans un contexte très évolutif de la réglementation dont les opérateurs ont une mauvaise connaissance". Traduction : les fonctionnaires du Grenelle de l’environnement mettent beaucoup d’énergie à fabriquer une avalanche réglementaire qui bouscule tout sur son passage. Certains parlementaires se sont d’ailleurs inquiétés de la situation .http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-36490QE.htm De plus, comment peut-on continuer d’accepter, alors même que la réglementation européenne décide aujourd’hui de tout, que le dernier refuge de la souveraineté soit la réglementation phytopharmaceutique pour les produits dont nous avons absolument besoin......

Attention " le mieux est l’ennemi du bien"

 

 

 

 

Derniers articles

9 décembre, par Rédaction SNP

Les délices du réglementaire......

Les jardiniers amateurs à la diète : A l’exception des produits de biocontrôle, à faible risque ou dont l’usage est autorisé en agriculture biologique, tous les produits de la gamme amateur seront réservés à partir du 1er (...)

7 décembre, par Rédaction SNP

M2 I BIOCONTROL .....La licorne

Pour que la licorne ne soit plus un mythe, il faut que le bio-contrôle attire vers lui des investisseurs privés à la recherche de placements surs, vertueux, rentables...
Très intéressant article du Nouvel Economiste qui (...)

Edito

Edito d’octobre 2018

12 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Sans l’avoir voulu nous sommes récompensés d’avoir un peu tardé dans la sortie de cet édito. Les 15 grands élus que nous avions solennellement saisi de graves difficultés consécutives à la suppression du Confidor et à l’abandon européen de la lutte obligatoire contre le CRP semblaient totalement insensibles à notre cause.
Sauf un, le Maire de Menton : (...)