Accueil > Partenaires*Pro > Partenariat avec ISITV, EUROMED, UFR Ingémédia,TVT innovation (...)

Partenariat avec ISITV, EUROMED, UFR Ingémédia,TVT innovation .

lundi 31 décembre 2012 - Rédaction SNP

A l’occasion de cette première réunion, considérant la collaboration déjà bien installée entre notre association et l’université californienne UCLA ( campagne Waht’s invasive) les participants ont convenu de modifier le périmètre de l’étude.

L’enjeu du projet est de :

*Réfléchir à un outil de surveillance d’épidémie de végétaux
*Proposer des applications souples de captation et gestion des informations
*Réfléchir à des outils interopérables à terme avec les services SIG de TPM

Ancrage projet CO CREATION LAB

A partir ou non de l’application what’s invasive, il s’agirait de réfléchir plus globalement à un outil utile pour :

Sensibiliser et informer les citoyens
Localiser et référencer les espèces à surveiller
Suivre l’évolution de ces espèces

Un lien particulier avec l’entreprise NATURAL SOLUTION et TELEBOTANICA serait intéressant à investiguer plus en avant pour un partage des connaissances et un état des lieux.

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)