Accueil > Documentation > OGM & GMO > Oxitec no modo de produção

Oxitec no modo de produção

mercredi 30 juillet 2014 - Rédaction SNP

Par curiosité surtout, nous suivons le travail de cette firme anglaise intervenant au Brésil dans une voie de recherche pas très cotée dans notre pays !!

Apparemment nous ne sommes pas les seuls PLANÈTE 30/07 ... Et puis ne sommes-nous pas avec notre CRP et notre PA dans le cadre de ce qu’on appelle, pensons nous, une impasse ? Ces insectes n’ayant pas de prédateur autant qu’ils ne sont les prédateurs d’aucun autre sont donc totalement étrangers à l’équilibre de notre écosystème.

buzz médiatique ? http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/bresil-une-usine-de-moustiques-ogm-pour-venir-a-bout-de-la-dengue_1563037.html#VyIytOCi7bmwY3Eu.99

 

 

PLANÈTE30/07 à 12:28 Mis à jour le 30/07 à 14:42
Inauguration d’un élevage de moustiques OGM contre la dengue au Brésil

Le moustique Aedes aegypti est la principale cause de la propagation de la dengue, qui touche un million de Brésiliens par an.
Des moustiques "OGM" vont être produits au Brésil. Objectif : rendre ces insectes sauvages stériles pour empêcher la prolifération de la dengue. Leur commercialisation doit encore être approuvée.
Pour la première fois, des animaux génétiquement modifiés vont être élevés à grande échelle. Au Brésil, l’entreprise britannique Oxitec a ouvert mardi un élevage de moustiques dont l’ADN a été modifié pour les empêcher de proliférer.
La méthode retenue est nettement plus radicale que des journaux parfumés à la citronnelle : Oxitec produit des moustiques mâles qui peuvent s’accoupler avec des femelles sauvages, mais dont "la progéniture ne se développe pas en adultes fonctionnels", explique l’entreprise dans un communiqué. Soit une éradication en quelques générations.
Une éradication à 92% sur des essais à petite échelle
Les autorités brésiliennes n’ont pas encore validé la commercialisation de ces moustiques mais elle peut les intéresser. Environ un million de Brésiliens sont infectés chaque année par la dengue, une maladie qui provoque de fortes fièvres et qui est transmise par le moustique Aedes aegypti, également vecteur du chikungunya.
Oxitec, qui a déjà testé ses moustiques OGM dans d’autres régions, annonce que "dans la ville de Jacobina, au Brésil, nous avons réduit la population d’Aedes aegypti de 92% dans un quartier."
2 millions de moustiques modifiés par semaine
L’usine pourrait produire 2 millions de moustiques modifiés par semaine. Mais la méthode ne rassure pas tout le monde. Le journal scientifique Nature a publié récemment un article sur les moustiques, en estimant qu’ils n’étaient pas nécessaires à l’écosystème.
Cependant, comme le rappelle le site IFLScience, "estimer que l’organisme qui le remplacera dans l’écosystème sera moins meurtrier est un pari risqué".
Des ONG s’inquiètent également de l’impact de ces moustiques sur l’environnement. Mais puisque ces moustiques OGM sont, par nature, stériles, "il est peu probable que ce transgène diffuse largement dans la population sauvage de moustiques", a déclaré au Monde Yvon Perrin, entomologiste et spécialiste de l’espèce au Centre national d’expertise sur les vecteurs.

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)