Accueil > Documentation > L’imidaclopride > On brûle....Il faut s’accrocher aux 120 jours

On brûle....Il faut s’accrocher aux 120 jours

vendredi 1er juin 2018 - Rédaction SNP

Ça chauffe le 1er septembre c’est demain....Il faut s’accrocher à la déro 120 j qui serait un signal fort de l’Anses pour continuer la lutte surtout quand on lit son soutien prudent à la nouvelle souche de BB (voir).http://www.sauvonsnospalmiers.fr/beauveria-bassiana-souche-npp111b005-avis-sur-l-amm.html

Dans cette conclusion l’agence parle à très juste titre de plan de lutte intégrée ( Elle n’utilise pas la notion de lutte collective qui n’a jamais été franchement formalisée mais qui peut être résumée par : un traitement général, avec un seul pocédé, rendu obligatoire pour tous les propriétaires).

Conclusions et recommandations de l’Anses

Il convient de rappeler qu’en ce qui concerne la lutte contre les ravageurs, aucune méthode n’assure à elle seule une efficacité suffisante mais qu’une combinaison de méthodes doit être envisagée dans le cadre d’une approche de lutte intégrée. 

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)