Accueil > Revue De Presse > Nous devons soutenir la presse spécialisée

Nous devons soutenir la presse spécialisée

dimanche 21 juin 2015 - Rédaction SNP

Nous ne sommes pas une association scientifique. Nous agissons au nom des propriétaires privés de palmiers, comme des communicants pour obtenir que les pouvoirs publics français et européens prennent en compte la défense du patrimoine palmiers, encadrent la lutte par les meilleurs textes, obtiennent de la recherche fondamentale et appliquée tous les efforts nécessaires à la découverte des solutions les plus efficaces et les plus protectrices de l’environnement, enfin, aiguillonnent autant qu’aident les firmes à mettre sur le marché les bons produits .

Pour agir il est absolument essentiel pour nous, de devenir familiers de tous les textes législatifs ou réglementaires français et européens qui concernent notre sujet. Par ailleurs il est tout aussi important de connaître l’état de la recherche sur ces questions. Enfin il faut rester au courant de la situation sur le terrain et des initiatives locales.
Ainsi la presse spécialisée est notre alliée autant que nous nous devons de la soutenir, tant son modèle économique n’est pas évident à trouver.
Tous nos adhérents doivent être conscients de cet impératif : sans la presse spécialisée nous n’aurions aucun moyen d’incarner ce contre pouvoir dont Montesquieu disait "Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir".
Voici donc les supports qui sont pour nous, incontournables


1/ Lettre professionnelle "A&E agriculture et environnement" de Gil Riviere Wekstein L’anti-langue de bois en Agriculture et ZNA http://www.agriculture-environnement.fr/spip.php?page=lettre-mensuelle  ; abonnement annuel 75 € pour les membres de SNP 50 € ( exemplaire en annexe)..

2/ Revue mensuelle PHYTOMA vous permet de mettre à jour vos connaissances et vous met en alerte sur l’évolution des bioagresseurs et des agressions abiotiques, veille technologique présentée en termes accessibles pour suivre et utiliser les travaux développés par la recherche scientifique, vous informe de l’évolution des règlementations en France et en Europe. Abonnement annuel : 95 € "http://www.abonnements-gfa.com/magpress/site/gfaabo/ph/fr/kiosque/titre.html"

3/ Revue hebdomadaire LE LIEN HORTICOLE le média des métiers de l’horticulture et du paysage. Un éclairage complet, pratique, et une prise directe sur l’ensemble du secteur. abonnement annuel 118 € http://www.lienhorticole.fr/

Il n’y a évidemment beaucoup d’autres. nous pouvons citer les revues Rustica, Horticulture et paysages, Horticulture Romande , Nuisibles & Parasites Information, La lettre du végétal, Science & pseudo-science.... sans oublier bien sûr les revues des associations dédiées : "LE PALMIER" pour l’association " les fous de palmiers" ou "PRINCEPS" de la Société Palmophile Francophone", ou "PALMS" d’International Palm Society.

Alors, ayez les moyens de vos (nos) ambitions 

souscrivez des abonnements...

 

Derniers articles

19 novembre, par Rédaction SNP

Qu’est-ce que le push and pull ?

Intéressante communication de cette organisation internationale et de son programme ICIPE de maîtrise biologique d’un ravageur apparemment extrêmement redoutable à l’échelle du continent africain. Pourquoi de telles technologies (...)

18 novembre, par Rédaction SNP

Tous à Monaco.... le 15 décembre

Désormais régulières ces rencontres à l’initiative de la direction de l’aménagement urbain de la principauté * élaborées en collaboration avec Robert Catellana Listephoenix, l’association des Fous de Palmiers et SNP permettent de (...)

Edito

Edito , octobre 2017

2 novembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Depuis un mois nous avons réussi à mettre au point une position cohérente harmonisée avec les "Fous de Palmiers" vis-à-vis de l’administration centrale française, en particulier concernant une vision commune de l’éventuelle réforme de la réglementation en réponse au "lâchage" de la Commission Européenne. Nos deux associations ont convenu de conduire une campagne de communication sur ce sujet. Ensemble, nous (...)