Accueil > Représentation > Colloques > Autres Colloques et initiatives > Nos cousins....de "Sauvons les Fruits et Légumes"

Nos cousins....de "Sauvons les Fruits et Légumes"

mardi 2 juin 2015 - Rédaction SNP

Aucun système de production (BIO, Protection Intégrée, Lutte intégrée, conventionnel) ne peut aujourd’hui s’affranchir totalement de pesticides. L’objectif est de gérer l’exposition des utilisateurs. Et si l’on pouvait se passer des pesticides, les professionnels s’en passeraient volontiers ne serait-
ce que pour des questions de coût ! Une spécialité phytosanitaire utilisable est un produit dangereux. Pour cela, il convient en premier lieu pour les utilisateurs de s’en protéger notamment dans les phases de manipulation en vue de l’application.

Ce collectif qui a déjà 8 ans est engagé dans une communication corrective pour défendre l’outil de production des fruits et légumes. Nous y voyons des similitudes avec celui de la protection des végétaux en ZNA ou les points de vue sont pas plus nuancés, au contraire.

Tans pis pour protection de nos végétaux menacés et l’entretien des espaces verts et les finances de nos collectivités.....

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)