Accueil > Partenaires*Pro > Fous de Palmiers > News Letter N°3 FdP

News Letter N°3 FdP

vendredi 13 mars 2015 - Rédaction SNP

Message de Michel Ferry

Un grand pas dans le Var, avec la création, mercredi 18 février, du Collectif Varois de Sauvegarde des Palmiers (CVSP), auquel, tant les collectivités que les associations (CIL, Syndic, associations de propriétaires de palmiers, etc.), désireuses de mettre fin dès que possible à l’hécatombe de palmiers, sont invitées à adhérer.

Le premier objectif du CVSP va être de porter au Ministère de l’Agriculture, où va se tenir prochainement une réunion avec Syngenta, la demande, défendue également par d’autres organismes, pour que ce soit le Ministère et non Syngenta qui fixe les conditions d’application du Revive. La lutte contre le CRP et les traitements étant obligatoires, le Ministère dispose parfaitement de ce pouvoir.

Le monopole des traitements que s’est attribué Syngenta est catastrophique pour plusieurs raisons. La première est qu’il conduit à une lutte dispersée et partielle, totalement inefficace à terme.

Deuxièmement, la méthode d’injection imposée par Syngenta ne correspond pas à celle dite d’infusion mise au point par l’INRA et qui a permis à Syngenta d’obtenir l’AMM du Revive. Pour des raisons de sécurité (palmier et opérateur) mais aussi de facilité et rapidité d’emploi et de disponibilité en matériel d’injection, la technique Syngenta doit être abandonnée au profit d’une technique d’infusion applicable avec le même type de pistolet que celui utilisé aux USA. Ce modèle de pistolet est très simple, très pratique, très sûr, directement relié à la bouteille de Revive (pas de manipulation de produit), facilement disponible et peu coûteux (moins de 200 euros).

Enfin, il y a bien sûr la question du prix des traitements, fixé par Syngenta sans qu’aucune mise en concurrence ne soit actuellement possible. Le meilleur prix actuellement proposé reste injustifié et excessif pour la majorité des propriétaires. Or, n’oublions pas que cette stratégie ne réussira que si la majorité des propriétaires l’appliquent dans les deux ou trois prochaines années.

Nous rappelons que le traitement consiste tout simplement à faire, à hauteur d’homme, quatre trous dans le stipe et à les remplir de Revive (2-3 minutes d’intervention). Un tel travail ne mobilise aucun moyen lourd ni particulier. Or, Syngenta en demande, à titre de comparaison, presque 10 fois le prix d’une consultation médicale !

Le premier objectif du CVSP va être d’obtenir que le coût des traitements (groupés et continus) par palmier n’excède par une vingtaine d’euros quand les Mairies interviennent avec leur personnel et se situe entre 30 et 50 euros par palmier quand elles sous-traitent.

Pour atteindre cet objectif, le CVSP va conduire, avec l’aide de ses adhérents, une campagne d’information auprès les propriétaires de palmiers afin qu’ils s’inscrivent sur un site Web en cours de création.

CSVP va également susciter la création de collectifs semblables pour chacun des autres départements concernés.

Nous apprenons ici que ce collectif est animé par Michel FERRY, que son objectif est d’obtenir que le prix du REVIVE soit fixé par l’administration dans une fourchette 20-50€ . Laissons la DGAL, SYNGENTA et M FERRY en discuter "aimablement" ensemble.

Pour le reste nous avons déjà consacré un post à ce sujet :

http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article1082.

Derniers articles

23 avril, par Rédaction SNP

Le Beauveria serait-il hallucinogène ?!!

Il y a tout juste un mois nous annoncions la sortie tant attendue, de la nouvelle souche du champignon Beauveria Bassiana NPP-B111005 réputée solution biologique contre le CRP. (...)

Edito

Edito de mars 2018

15 avril, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
La nouvelle du mois est la publication de la décision de la commission européenne d’abandonner la lutte obligatoire contre le charançon rouge au 1er septembre de cette année....... une énorme bévue écologique !
Sur le papier, ç’est mettre à la poubelle toute la réglementation française. Nous avons instantanément sollicité le ministère de l’agriculture (SRAL PACA et DGAL). Silence... la grande muette (...)