Accueil > Pétition des professionnels et des propriétaires > N’est-il pas trop..... Tardy,

N’est-il pas trop..... Tardy,

vendredi 9 août 2013 - Rédaction SNP

Question de parlementaire -Texte de la question

publiée au JO le : 02/07/2013 page : 6790
Réponse publiée au JO le : 30/07/2013 page : 8170

M. Lionel Tardy attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt sur les conséquences de la suspension de l’utilisation de trois insecticides de la famille des néonicotinoïdes sur la filière maïsicole. Cette suspension intervient dans le cadre d’un moratoire de deux ans, annoncé par la Commission européenne. Sans nier les risques de ces insecticides sur les abeilles, leur suspension est problématique pour la filière maïsicole car certaines zones de production, de nouveau exposées aux attaques, risquent de subir des pertes importantes. Il souhaite connaître les alternatives qu’il compte proposer pour préserver les capacités de production et l’équilibre économique de cette filière, tout en conservant la volonté de limiter l’impact des insecticides sur le cheptel apicole.

Réponse du gouvernement

La Commission européenne a décidé le 24 mai 2013 de restreindre l’utilisation de trois substances actives (clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxam), insecticides de la famille des néonicotinoïdes, jugées nocives pour les populations d’abeilles. L’ensemble de ces restrictions entrera en vigueur au 1er décembre 2013. La Commission européenne envisage de les réexaminer, au plus tard, dans un délai de deux ans sur la base de nouvelles informations qui seront alors disponibles. Elles visent des produits phytopharmaceutiques utilisés dans le traitement de végétaux et des cultures attractives pour les abeilles et les pollinisateurs, et dans le traitement des semences. En application de cette décision, les États membres doivent retirer ou modifier les autorisations existantes pour se conformer aux restrictions fixées par les nouvelles conditions d’approbation de ces substances actives d’ici le 30 septembre 2013. Cette décision européenne permet une approche harmonieuse entre les Etats-membres et d’éviter les problèmes de distorsion de concurrence. Le ministre chargé de l’agriculture a conscience que cette mesure peut avoir un impact qui sera plus ou moins important, selon les cultures, la pression des ravageurs et l’existence de produits de remplacement. Aussi, une attention particulière sera portée par ses services, aux filières qui pourraient se trouver dépourvues de moyens de lutte. Les impasses techniques, les actions et les mesures à mettre en place, y compris les solutions alternatives, doivent être identifiées par les professionnels, notamment par les instituts techniques. Dans le cas du maïs, des produits phytopharmaceutiques insecticides contenant des substances actives de la famille des pyréthrinoïdes sont utilisables pour lutter contre les taupins. Une synergie doit être recherchée au niveau européen, en matière d’identification et de développement de solutions alternatives. _____________________

">Nos commentaires : date de suppression du confidor et autres néo-nicotinoïdes le 30 novembre. Donc deux mois et demi en gros, pour analyser les impasses techniques et proposer des solutions alternatives par qui ? les instituts techniques ? avec quels moyens nouveaux ? Avis de l’INRA ? de l’ANSES ? c’est bien sûr impossible. Il fallait se poser la question avant, aujourd’hui les choses sont claires. impasse ou pas impasse c’est la suspension/ suppression d’un insecticide (unique pour les ZNA) Et les agriculteurs une fois de plus se démer....ront. Monsieur le député Tardy...... it’s too late. Nous en avons déjà parlé http://www.sauvonsnospalmiers.fr/spip.php?article454

Derniers articles

10 novembre, par Rédaction SNP

VEGEPHYL lettre N° 281

La manifestation 12ème CIRAA et Journée thématique Des ravageurs et des hommes 27 au 29 octobre 2020 à Montpellier attire tout de suite l’attention.

10 novembre, par Rédaction SNP

la Bretagne : nouvel eldorado des palmiers ?

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-palmeraie-bretonne-218856
C’est une bonne nouvelle mais on serait tenté de conseiller à nos amis bretons la formule "Si vis pacem, para bellum" et de commencer à mettre en (...)

Edito

Edito de septembre 2019

18 octobre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
L’encre de l’arrêté pourtant très bref, du 25 juin 2019 n’est pas encore sèche et nous entendons ses détracteurs le vouer aux gémonies au motif qu’il renonce à la lutte obligatoire dans les régions plus exposées pour l’instant, Corse, Paca, Occitanie.
Mais gardons-nous de toute hypocrisie, si la lutte obligatoire n’a pas atteint son objectif dans les régions les plus exposées c’est bien sûr la (...)