Accueil > Documentation > Préconisation de traitements > Menaces sur le Confidor ? Acte 2

Menaces sur le Confidor ? Acte 2

dimanche 10 février 2013 - Rédaction SNP

 Fausse alerte pour l’instant. Nous avons interrogé la firme Bayer

Nous allons néanmoins saisir cette firme en la personne de Monsieur Jean-François Godard responsable développement France pour lui demander au nom de l’association et des très nombreux professionnels rencontrés lors des deux dernières conférences Michel Ferry de modifier à la marge ses accords avec ses différents distributeurs pour que le confidor puisse continuer à être vendu aux professionnels aux mêmes conditions qu’auparavant.

Il n’est en rien justifié qu’une modification de la politique commerciale de la firme entraîne une telle augmentation de prix pour les applicateurs et leurs clients alors même que nous sommes confrontés à un taux d’infestation dramatique qui justifie les opérations d’assainissement pour lequel le confidor en aérien est l’unique solution ( l’endothérapie est inapplicable en curatif).

Derniers articles

25 mai, par Rédaction SNP

Beauveria bassiana souche NPP111B005 : avis sur l’AMM

lien : http://www.sauvonsnospalmiers.fr/le-beauveria-ca-se-precise.html
L’avis de l’ANSES et l’AMM délivrée pour la préparation Ary-0711b-01 à base de la souche de microorganisme Beauveria bassiana souche NPP111B005, de la (...)

22 mai, par Rédaction SNP

Newsletter n°14

Nous évoquons très volontiers nos excellentes relations avec cette association société savante du monde palmophile. Notre mission est par nature beaucoup plus militante au service de tous les propriétaires de palmiers même (...)

Edito

Edito d’avril 2018

6 mai, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avons poursuivi notre lobbying au bon sens du terme pour plaider l’évidence du maintien pour moins de 24 mois encore du seul phytosanitaire à notre disposition, en l’absence, espérons-le provisoire, de solutions biologiques de remplacement. Quasiment impossible de mobiliser la presse face aux grands censeurs de l’écologiquement correct.....
Nous avons donc saisi à deux reprises la Direction (...)