Accueil > Documentation > Le paysandisia archon > Lutte contre le Paysandisia, chez les autres...

Lutte contre le Paysandisia, chez les autres...

dimanche 21 janvier 2018 - Rédaction SNP

logo photo Par Didier Descouens — Travail personnel, CC BY-SA 4.0,

 

en PJ : Réglementation française ou le PPE exigé pour palmiers . Il s’agit de la réglementation dite générale différente de la réglementation ZP : zone protégée : ensemble de pays (ou de parties de pays) de l’UE pour lesquels une protection spécifique contre un ou plusieurs parasites a été mise en place qui vient d’être décidée par la commission européenne pour certains pays et non par la France ( PPEZP A14 et A15). Alors même que nous sommes confrontés à des attaques terrifiantes de Paysandisia aucune protection alors même que tout le monde sait que son pricipal vecteur est le Trachycarpus Fortunei, tête de gondole de tous les supermarchés du végétal !

Force est de constater qu’en urbanisme comme en protection des végétaux, le lobby des grandes surfaces ne rencontre aucune opposition chez nous ....

 

 Variétés de palmiers pour lesquelles le PPE non ZP est nécessaire.

Portfolio

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)