Accueil > L’association > Nos missions > LH N°1053 le charançon sur la sellette....

LH N°1053 le charançon sur la sellette....

mardi 10 avril 2018 - Rédaction SNP

Merci, à l’hebdomadaire de l’Horticulture de l’attention qu’il porte au devenir de nos chers palmiers. Avec le recul de journalistes professionnels, il juge que la partie n’est pas gagnée du tout. Il nous faut aussi nous y résoudre en chassant toute pensée fataliste tant il est vrai que les échecs constatés tiennent le plus souvent aux acteurs eux-mêmes qui n’ont pas été assez innovants et n’ont pas réussi à s’entendre et à se coordonner.

LH nous a permis d’exprimer note point de vue, nos adhérents apprécieront.

 Dans le même numéro une actualité urgente et récente est consacrée aux conséquences qui pourraient être dramatiques de l’abandon de la lutte obligatoire au niveau européen. Là aussi, nous avons pu dire ce que nous avions sur le cœur....

 Il faut maintenant de toute urgence que le ministère réunisse l’ instance nationale dédiée aux ravageurs de palmiers le comité de pilotage national CRP pour décider du cadre réglementaire de la lutte obligatoire qui non seulement est indispensable pour le CRP mais doit s’étendre au Paysandisia. SNP sans fausse modestie, pense pouvoir y jouer un rôle utile récompense de six années de travail et de mobilisation.

Portfolio

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)