Accueil > État sanitaire, progression des infestations > Les tunisiens à l’écoute de l’Anses

Les tunisiens à l’écoute de l’Anses

mardi 22 janvier 2019 - Rédaction SNP

L’éradiction du charançon rouge est quasiment impossible
https://chroniques.tn/2019/01/leradiction-du-charancon-rouge-est-quasiment-impossible-dans-la-zone-mediterraneenne/

Il est quasiment, impossible d’arriver à éradiquer le charançon rouge dans la zone méditerranéenne « , selon le site électronique  » Flahetna « , qui se réfère à un rapport de l’Agence Nationale Française de la Sécurité alimentaire, de l’Alimentation de l’Environnement et du Travail (ANSES).
Le rapport intitulé  » Stratégies de lutte contre le charançon rouge du palmier »(CRP), a démontré que la répartition des palmiers condamnés dans cette région est très hétérogène et a évoqué un objectif réaliste qui porte sur la stabilisation la population du charançon rouge et la réduction « de son impact sur la mortalité des palmiers, tout en contrôlant son aire d’extension géographique avec maintien des efforts de piégeage et de détection visuelle dans les communes situées.  »
L’ANSES qui classe charançon rouge comme un  » danger sanitaire de première catégorie « , appelle à ne traiter que les palmiers emblématiques des paysages locaux, l’objectif ultime serait de contrôler l’aire de répartition et le taux de propagation, afin de sauver les palmiers qui n’ont pas encore été touchés.
Quant à la zone Centre-atlantique, elle nécessite un contrôle strict pour l’éradication du CRP.  » Du fait de la faible densité de palmiers et de la faible pression du charançon rouge « .
En Tunisie, jusqu’au 25 octobre 2018, le charançon rouge a ravagé environ 6000 palmiers d’ornement. « C’est l’équivalent d’une tonne de carbone récupérée par la nature, à l’heure où nous luttons contre les changements climatiques et œuvrons pour renforcer le couvert végétal en Tunisie », selon un responsable du Syndicat des agriculteurs tunisiens.
Le palmier dattier est le pivot des systèmes oasiens et quand il est attaqué, l’oasis entière est menacée. Il y aura une perte totale de la biodiversité et de la production ainsi qu’un risque de désertification des oasis et par conséquent de migration des populations du Sud vers le Nord et vers l’Europe, d’après le FAO.
L’Organisation a adopté une stratégie visant à mobiliser des moyens supérieurs aux besoins permettant ainsi d’aboutir à l’éradication de ce fléau et d’aider à sa régression irréversiblement et rapidement, affirme l’ANSES dans son rapport.

Derniers articles

20 août, par Rédaction SNP

Your portable solution to detect RPW larvae in coconut palm trees

Nous connaissons le professeur Thrishantha Nanayakkara du King’s College London depuis 2015. Nous avions attiré votre attention sur ces travaux et même fait un petit don crowdfunding pour l’encourager. Espérons qu’il s’en (...)

17 août, par Rédaction SNP

Cannes, la suite .....

On en sait un peu davantage sur la démarche très pragmatique de la ville de Cannes qui se garde de prises de position de principe et met en place un panel de mesures complémentaires très orientées vers la pré-infestation ( (...)

15 août, par Rédaction SNP

Missions ANSES /Végétaux

Pas inutile, de prendre conscience de l’ampleur des missions de l’ANSES sur l’ensemble des problèmes de protection des végétaux.
Pour autant, et c’est la contrepartie de son autorité, l’agence doit sans doute être, encore plus (...)

Edito

Edito de juin 2019

28 juillet, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ce mois a été celui de la publication du nouvel arrêté de lutte contre le CRP. Alors que cet été est celui de la dévastation de nos peuplements Chamaerops ( voir notre papier "nos Chamaerops meurent en silence...."), aucune ligne sur le Paysandisia, lancinante revendication !
Ce n’est pas malheureusement pas le plus important. Ce texte aussi court que d’interprétation délicate se contente de faire une (...)