Accueil > État sanitaire, progression des infestations > Les tunisiens à l’écoute de l’Anses

Les tunisiens à l’écoute de l’Anses

mardi 22 janvier 2019 - Rédaction SNP

L’éradiction du charançon rouge est quasiment impossible
https://chroniques.tn/2019/01/leradiction-du-charancon-rouge-est-quasiment-impossible-dans-la-zone-mediterraneenne/

Il est quasiment, impossible d’arriver à éradiquer le charançon rouge dans la zone méditerranéenne « , selon le site électronique  » Flahetna « , qui se réfère à un rapport de l’Agence Nationale Française de la Sécurité alimentaire, de l’Alimentation de l’Environnement et du Travail (ANSES).
Le rapport intitulé  » Stratégies de lutte contre le charançon rouge du palmier »(CRP), a démontré que la répartition des palmiers condamnés dans cette région est très hétérogène et a évoqué un objectif réaliste qui porte sur la stabilisation la population du charançon rouge et la réduction « de son impact sur la mortalité des palmiers, tout en contrôlant son aire d’extension géographique avec maintien des efforts de piégeage et de détection visuelle dans les communes situées.  »
L’ANSES qui classe charançon rouge comme un  » danger sanitaire de première catégorie « , appelle à ne traiter que les palmiers emblématiques des paysages locaux, l’objectif ultime serait de contrôler l’aire de répartition et le taux de propagation, afin de sauver les palmiers qui n’ont pas encore été touchés.
Quant à la zone Centre-atlantique, elle nécessite un contrôle strict pour l’éradication du CRP.  » Du fait de la faible densité de palmiers et de la faible pression du charançon rouge « .
En Tunisie, jusqu’au 25 octobre 2018, le charançon rouge a ravagé environ 6000 palmiers d’ornement. « C’est l’équivalent d’une tonne de carbone récupérée par la nature, à l’heure où nous luttons contre les changements climatiques et œuvrons pour renforcer le couvert végétal en Tunisie », selon un responsable du Syndicat des agriculteurs tunisiens.
Le palmier dattier est le pivot des systèmes oasiens et quand il est attaqué, l’oasis entière est menacée. Il y aura une perte totale de la biodiversité et de la production ainsi qu’un risque de désertification des oasis et par conséquent de migration des populations du Sud vers le Nord et vers l’Europe, d’après le FAO.
L’Organisation a adopté une stratégie visant à mobiliser des moyens supérieurs aux besoins permettant ainsi d’aboutir à l’éradication de ce fléau et d’aider à sa régression irréversiblement et rapidement, affirme l’ANSES dans son rapport.

Derniers articles

26 janvier, par Rédaction SNP

Une approbation européenne en or.....

Après plusieurs années de production à destination de l’export, l’actif phéromonal du ver de la grappe des vignes, produit par M2i dans son usine de Salin (13), vient d’être autorisé en Europe et est désormais enregistré et (...)

26 janvier, par Rédaction SNP

Palm diseases and disorders diagnosis tool....

Même si cet outil impressionnant concerne beaucoup de palmiers qui prospèrent dans d’autres régions, il peut permettre à nos adhérents de découvrir les pathologies qu’ils ne connaissent guère. (...)

26 janvier, par Rédaction SNP

La problématique du CRP en Espagne

Rien de trés nouveau sous le soleil espagnol, sauf le rôle clé que joue le Beauveria Bassiana dans le contrôle des populations de CRP.
Actualidad científica Biología Blog Ecología
JUEVES, 23 ENERO, 2020 A LAS 10:00 por (...)

Edito

Edito de décembre 2019

27 janvier, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nos rencontres monégasques du 27 novembre ont donc été, sans fausse modestie, un succès. Force est cependant de constater que nous sommes les seuls à prendre ce type d’initiative, ce qui est extrêmement préjudiciable à notre cause car ceux qui ne veulent rien faire et ils sont légion, avancent qu’il n’y a pas, plus de problème !!
Un grand merci à Robert Castellana ( liste Phoenix) à la Principauté et (...)