Accueil > Réglementation > Evolution Réglementaire > « Les feux sont au vert pour éteindre les charançons »

« Les feux sont au vert pour éteindre les charançons »

dimanche 7 avril 2019 - Rédaction SNP

 Nice et Var matin du 4 avril : que faut-il retenir de cet article au titre un peu abscons ?

Le journaliste fait ici franchement la promotion de l’action de la communauté d’agglomération Var Est CAVEM pour la sauvegarde de leurs palmiers. Il écrit que les spécialistes CAVEM et des Alpes-Maritimes vont coordonner leurs efforts. Mais quels spécialistes s’agit-il ceux des collectivités locales ou des professionnels agréés ? A le lire il s’agirait de tous les spécialistes du département 06...

 Mais il ne peut pas ignorer que la majorité des collectivités des Alpes-Maritimes et particulièrement les plus grandes refusent à tort ou à raison, d’utiliser la stratégie retenue par la CAVEM. 

Cette fédération : Palmier-Sud ( tiens comme le nouveau nom de la Région...) qu’elle est sa définition, sa composition, son objet, ses moyens, son autorité ?? Frédéric Ferrero (CAVEM) a-t-il pu déclarer que cette fédération " serait en mesure de substituer aux éventuelles carences d’une collectivité". Rappelons tout de même qu’il y a une réglementation nationale et que les collectivités territoriales obéissent à un cadre d’organisation cohérent. Il faut être plus prudent quand on informe les particuliers avec un contenu aussi ténu.

 Il semble plutôt que cet article est inspiré par les tenants d’une lutte collective obligatoire imposant une seule stratégie celle du traitement EMAB Revive de Syngenta. 

 Mais voilà, comme nous l’avons indiqué dans un post précédent

http://www.sauvonsnospalmiers.fr/emergence-du-nouvel-arrete-de-lutte.html

le ministère écarte le principe d’imposer une lutte collective et rappelle les contraintes strictes d’une lutte organisée sous la forme de PCV programmes collectifs volontaires.

 Dans notre prochain édito, nous reviendrons sur les différentes conceptions de la lutte organisée contre le CRP en précisant que sans la prise en compte du PAYSANDISIA toute la démarche est vaine.

 En ce qui concerne le piégeage massif, que nous préconisons depuis des années, nous pouvons que nous féliciter que la CAVEM le préconise aussi. Rappelons cependant que les blocages réglementaires à son application existent encore même si, avec d’autres nous travaillons a les faire lever.

-

Derniers articles

20 avril, par Rédaction SNP

FREDON Occitanie

Mauvais présage .....voilà que FREDON Occitanie sur le chapitre du CRP se contente d’un lien pour un mauvais reportage de FR3 Occitanie qui fait dire au rapport ANSES, qu’il vaut mieux tout laisser tomber !!! (...)

20 avril, par Rédaction SNP

Le nouvel homme fort du bio....

Patrice MARCHAND
Responsable du Pôle Intrants
Nom de l’entreprise Institut de l’Agriculture et de l’Alimentation Biologiques ITAB
Activités Intrants (Biosolutions) : phytosanitaire, biostimulants et gestion des Résidus (...)

18 avril, par Rédaction SNP

Question de la sénatrice Dominique Estrosi Sassone

Lutte contre les espèces invasives d’insectes et bactéries sur la végétation méditerranéenne
Question soumise le 21 février 2019
Mme Dominique Estrosi Sassone attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture et de (...)

Edito

Edito de février 2019

10 mars, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Retenons la date du 11 février 2019 , celle de la grande réunion de concertation organisée à la DGAL. Nous avons pu très correctement nous exprimer pour dire synthétiquement :
- Toute nouvelle réglementation doit également porter sur le papillon Paysandisia Archon
- Il faut donner un cadre légal même dérogatoire au piégeage massif qui est explicitement recommandé par l’ANSES. Le ministère doit ensuite (...)