Accueil > Revue De Presse > "LE VAR information" du 20/04 (CRP dans le collimateur ???)

"LE VAR information" du 20/04 (CRP dans le collimateur ???)

dimanche 29 avril 2012 - Rédaction SNP

En reprenant un communiqué de presse de VEGETECH pour en faire un article c’est le travail de journaliste de cet organe de presse qui est dans le collimateur.

 En effet, alors même que démarre l’expérience de la technique de l’endothérapie contre le CRP, on voit fleurir dans la presse locale l’annonce de la sortie imminente d’un remède miracle bio à la discrétion d’une méchante administration (?).

Franchement vu l’ampleur du fléau on aimerait bien voir arriver toutes les formules possibles. Mais, sous le couvert du "politiquement et médiatiquement correct" il ne faut pas faire n’importe quoi.

 Depuis 2007 la société NPP (que VEGETECH présente comme son partenaire) fabricant de l’Ostrinil spores du champignon Beauveria bassiana cherche sans aucun résultat à ce jour à faire homologuer ce produit dans la lutte contre le CRP. Pour nous tenir en forme Var Matin agence Hyères nous annonce la sortie pour 2014 (! ! vous avez bien lu) d’une autre souche de ce champignon.

 Un ou deux pourcentages, une vague date, aucun justificatif des travaux accomplis et les propriétaires de palmiers sont priés d’attendre l’arrivée de ce champignon qui n’est pourtant pas hallucinogène !

La vérité se situe dans une étude récente de notre conseil scientifique Michel FERRY

Ni l’endothérapie ni Beauveria ne constituent des techniques nouvelles dans la lutte contre le CRP. Elles
font l’objet d’expérimentations ou d’applications depuis plus de 20 ans. L’application de certaines techniques
d’endothérapie à grande échelle remonte même à plus de 50 ans contre divers ravageurs des palmiers. Par contre,
l’utilisation de Beauveria au champ dans la lutte contre le CRP n’a jamais vraiment dépassé le stade expérimental ou
d’opérations très ponctuelles. 

Le problème des solutions biologiques pour lutter contre le CRP comme d’ailleurs des traitements par aspersion
d’insecticides chimiques est la faible durée d’efficacité de ces traitements ainsi que la difficulté de leur application. Ces
deux paramètres rendent prohibitive et inapplicable la mise en œuvre de ces solutions à grande échelle et en urgence.
Or la dimension prise par l’extension du CRP en France est telle qu’une intervention massive et rapide est maintenant
seule en mesure d’éviter une nouvelle vague d’explosion du CRP qui signerait la dégradation irréversible du patrimoine
palmiers de la Côte d’Azur.

Une grande partie de la polémique actuelle ( bio / phytosanitaire, / endothérapie ) repose sur cette méconnaissance grave de la situation et de l’urgence. Il ne
s’agit plus hélas de traiter de petits foyers ce qui serait sans doute réaliste à l’aide de solutions biologiques comme les
nématodes (qui, à la différence de Beauveria, ont fait leur preuve et sont autorisées), mais tout le littoral varois et une
grande partie de celui des Alpes Maritimes sont gravement infestés.

Je relève dans le Var Matin et dans le Nice matin du 28 mars de nombreuses informations sérieusement
erronées :

- Cela fait longtemps que l’on sait que certaines souches de Beauveria assurent une bonne mortalité du charançon
rouge à condition que les traitements l’atteignent correctement. Il n’y donc là rien de bien nouveau. Faire passer cette
information comme une nouveauté est trompeur mais c’est surtout passer complètement coté des paramètres qui
comptent : la persistance d’action, l’efficacité sur grands palmiers, le nombre de traitement et en définitive le coût.

- il serait tout à fait erroné d’assurer que les traitements à l’aide de Beauveria sont autorisés en Espagne. Laisser en
conséquence entendre que l’emploi de Beauveria serait en train de se substituer à l’endothérapie relèverait de la
désinformation caractérisée.



CQFD

Au moment où nous commençons à mobiliser les propriétaires pour qu’ils investissent encore pour sauver leur patrimoine végétal, ou les collectivités locales vont engager l’argent du contribuable dans cette lutte toute information erronée doit être relevée. Nous continuerons à le faire.


Portfolio

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)