Accueil > Réglementation > Evolution Réglementaire > Le plan Ecophyto 2 « + »

Le plan Ecophyto 2 « + »

lundi 19 février 2018 - Rédaction SNP

TVA Agri met la pression à la veille du salon de l’agriculture et dans la perspective du nouveau plan Eco-Phyto qui serait publié fin mars.

FNSEA rappelle que l’Inra estime au minimum à une demi douzaine d’années l’émergence d’une alternative « fiable » aux pesticides. LA FNSEA réclame donc une « sortie progressive » qui ne doit pas se réaliser via « un claquement de doigts.
 

Et le ministère de définir les priorités...

Amplifier la recherche-développement d’alternatives et la mise en œuvre de ces solutions par les agriculteurs

La troisième priorité vise à renforcer les actions de recherche vers la mise en œuvre de solutions opérationnelles, en particulier sur les alternatives aux herbicides.

Sur ce point, sans surprise, le biocontrôle sera mis en avant, via le soutien à l’innovation et l’accompagnement des TPE/PME souhaitant développer ce type de produits.

Il est par ailleurs prévu proposer au niveau européen la reconnaissance des produits de biocontrôle dans le cadre de la révision du règlement 1107/2009.

Renforcer le plan Ecophyto 2, améliorer sa gouvernance et son fonctionnement

Selon la feuille de route, le rapport des inspections générales CGAAER-CGEDD-IGAS sur le plan Ecophyto 2 conforterait un pilotage insuffisant et des difficultés méthodologiques.

L’installation du pilotage stratégique interministériel (MAA, MTES, MSS, MESRI) a donc trouvé un premier écho.

Les commentaires SNP : D’abord le débat n’est pas suffisamment technique et approfondi et ça fait des semaines que nous vivons avec quelques propos introductifs redondants. Nous relevons ensuite le constat-aveu que le plan a été mal conduit forcément puisqu’il n’a pas vraiment fonctionné (on peut craindre que cet échec s’explique davantage par des objectifs irréalistes que par une mauvaise gouvernance). Ensuite la nouvelle sur la plus importante faire accepter au niveau européen une définition et une reconnaissance des produits de bio-controle. On aurait s’y prendre plus tôt car comment voulez-vous développer des projets industriels sans des normes européennes qui garantissent la commercialisation. Il faudra des années pour rattraper ce retard.

 

 

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)