Accueil > État sanitaire, progression des infestations > Le péril jaune....

Le péril jaune....

dimanche 25 février 2018 - CASTELLANA Robert, Rédaction SNP

Après le charançon rouge (importé d’Asie) et le papillon palmivore (venu d’Amérique latine), voici le "ravageur jaune" en provenance d’Afrique. Il s’agit de la bactérie Candidatus Phytoplasma palmae (en anglais : lethal yellowing of coconut). Elle provient elle aussi d’importations incontrôlées et ne frappe pour le moment que les USA. Elle sera toutefois dès demain en Europe si on ne se mobilise pas pour mettre fin au commerce des palmiers. Les contrôles phytosanitaires ne sont pas en mesure en effet de détecter les menaces liées à ces importations.
 pour en savoir plus : https://www.cabi.org/isc/datasheet/38647

 

Portfolio

Derniers articles

15 août, par Rédaction SNP

R&D la France à la traîne...

un classement qui explique beaucoup de choses...
S’il existe un autre classement en Recherche fondamentale il est plus que probable que nous serions mieux placés. Ceci explique cela et donc nos pauvres palmiers (...)

13 août, par Rédaction SNP

La Stratégie Phoemyc

Avec quelque retard, vacances obligent, voici donc une documentation sur ce nouveau produit * qui présente des caractéristiques extrêmement intéressantes en terme de cout et d’efficacité. On est guère surpris de l’accueil d’ores (...)

9 août, par Rédaction SNP

Un piége First class ?

http://www.sauvonsnospalmiers.fr/f-i-r-s-t-et-son-electrap-r.html
Nous sommes en contact depuis plusieurs semaines avec le docteur Luigi Porcella PDG de FIRST implantée à Abu Dhabi, qui propose un piège du style picusan (...)

Edito

Edito de juillet 2018

10 août, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Je vous avais promis de tout vous dire sur la gestion des palmiers de Nice. J’y reviendrai car malheureusement l’actualité réglementaire prend le pas. Simplement le temps de vous confier que nous avons au dossier une lettre de Bernard Baudin du 17 décembre 2014 Conseiller Espaces Verts du Maire de Nice qui reconnaît refuser l’application de l’arrêté du 21 juillet 2010 en affirmant n’utiliser que des (...)