Accueil > Documentation > Préconisation de traitements > Le Paysandisia Archon INRA Antibes sur le pont...

Le Paysandisia Archon INRA Antibes sur le pont...

samedi 18 janvier 2014 - Rédaction SNP

Annoncée par Élisabeth Tabone au congrès ZNA de Toulouse en octobre 2013 cette découverte ouvre une voie de recherche passionnante contre le fléau du paysandisia en croissance exponentielle.

Compte tenu de la gravité de la situation on espère que l’INRA Antibes dispose de lignes de financement complémentaires ( en effet un(e) stagiaire 6 mois # 2600 € , c’est pas renversant...)

En cas d’insuffisance de financement nous allons proposer d’étudier la possibilité, si cela entre dans le cadre de choses possibles, de lever des capitaux privés à titre complémentaire.

 

Communiqué SFE

LUTTE BIOLOGIQUE CONTRE LE RAVAGEUR DU PALMIER A L’AIDE DE PARASITOIDES OOPHAGES
16 janvier 2014
I. SITUATION DU SUJET

Paysandisia archon, ravageur invasif du palmier et originaire d’Argentine, a été introduit dans le sud de la France, au milieu des années 1990, où il cause de nombreux dégâts.
Diverses méthodes de protection alternatives existent et peuvent être utilisées de manière combinées. Toutefois, bien que limitant les dégâts, elles sont assez coûteuses et insuffisantes pour contrôler efficacement ce ravageur. P. archon pose une forte pression sur les pépiniéristes, impose une grande vigilance dans les jardins et les espaces verts et oblige à consolider les moyens de lutte.
Il est donc urgent et nécessaire de trouver une nouvelle solution biologique, fiable, rentable et respectueuse de l’environnement.
Un projet européen PalmProtect intitulé « Stratégies pour l’éradication et le confinement des ravageurs invasifs des palmiers Paysandisia archon et Rhyncophorus ferrugineus » a pour objectif principal la détection, le suivi et le contrôle de ces deux nuisibles.
L’Unité Entomologie et Forêt Méditerranéenne (UEFM) du centre INRA PACA à Antibes se concentre sur la recherche de parasitoïdes oophages en vue de mettre en place une nouvelle méthode de lutte biologique contre P. archon. Le but étant de contrôler ce ravageur au stade œuf qui est le plus accessible. A terme, la stratégie de protection biologique pourra être intégrée à l’ensemble des autres moyens de lutte, actuellement disponibles sur le palmier et à un moindre coût.

II. PROTOCOLE DE RECHERCHE DU MASTER (6 mois)

L’objectif de ce stage est de participer au développement de ce projet de lutte biologique avec des parasitoïdes oophages. Ce sujet fait suite aux bons résultats de parasitisme déjà obtenus en laboratoire sur des œufs de P. archon en 2013.
En 2014, deux échelles spatiales seront étudiées : le laboratoire et le terrain.
En laboratoire, le candidat approfondira l’étude du parasitisme à l’aide de différentes espèces de parasitoïdes oophages (Trichogrammatidae et Encyrtidae). La personne recrutée sera formée à la manipulation des insectes hyménoptères et lépidoptères. Elle opérera avec minutie et développera en équipe des protocoles expérimentaux rigoureux.
Parallèlement, l’étudiant(e) réalisera des essais de lâchers des parasitoïdes choisis, sur des palmiers en conditions naturelles.
Afin d’être autonome, l’étudiant devra avoir le permis B et son propre véhicule. Les frais liés aux déplacements lors des expérimentations seront remboursés. Il sera éventuellement amené à travailler certains week-ends.

III. MOYENS DE REALISATION

Le stage sera effectué à l’I.N.R.A. PACA à Antibes.
Sous la co-direction d’E. TABONE (elisabeth.tabone@paca.inra.fr, 04 97 21 25 17)
et M. BURADINO (maurane.buradino@sophia.inra.fr, 04 97 21 25 14)
Une chambre pour stagiaire est possible.
Indemnités de stage : 436,05€ / mois
Seront mis à la disposition de l’étudiant : laboratoire, équipements de recherche et d’élevage d’insectes, pièces climatisées de productions et d’expérimentations.

Cette entrée a été publiée dans Offres le 16 janvier 2014 par joirisson.

Derniers articles

21 septembre, par Rédaction SNP

Le relais des réseaux nationaux

Notre conférence du 28 de ce mois - les ravageurs de palmiers : le défi de d’après-phyto est maintenant annoncée sur trois portails nationaux importants ( voir portfolio)
-  Plantes & Cités échophyto pro (...)

18 septembre, par Rédaction SNP

L’espoir fait vivre...

Un programme de recherche pour des alternatives aux phyto
Thématiques : Démarches "Zéro pesticide", Outils de planification
Région : Échelle nationale
Le 20 juillet, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, (...)

Edito

Edito d’août 2018

19 septembre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Ça y est nous sommes déjà dans l’aprés phyto. On aurait aimé avoir beaucoup plus de temps mais nous sommes sacrifiés sur l’autel du politiquement , écologiquement correct. Le gouvernement se moque comme d’une guigne des propriétaires de palmiers et n’a vu aucune raison de faire des exceptions au retrait des néonicotinoïdes (Confidor), malgré les observations de l’ANSES pointant l’absence de solutions (...)