Accueil > L’association > Nos missions > Le papillon palmivore Paysandisia Archon

Le papillon palmivore Paysandisia Archon

jeudi 1er novembre 2012 - Rédaction SNP

 Le papillon palmivore Paysandisia Archon est désormais présent partout il rejoint à parité avec le CRP la sinistre famille des ravageurs du palmiers. Nous avons donc adapté notre mission générale à cette nouvelle menace.

 Nous allons profiter de l’expérience de nos amis du Languedoc-Roussillon particulièrement Serge Balen , des Bouches-du-Rhône particulièrement notre délégué Antoine Detata qui connaîssent ce phénomène depuis de nombreuses années.

 éléments de vocabulaire

Charançon rouge du palmier (CRP) - Red PalmWeevil (RPW)

Paysandisia Archon (PA)- Palm Moth (PM)

 Sur notre page d’accueil désormais figurera :

SAUVONS NOS PALMIERS

Association de protection de l’environnement et du cadre de vie
Lutte contre le charançon rouge du palmier (CRP) et le Paysandisia Archon (PA)
Régions PACA et LR
Siège à Toulon tel 04 94 41 66 67

Derniers articles

20 mars, par Rédaction SNP

Congrès AMPP Veillée d’armes

Communiqué de Presse
Madame, Monsieur,
Une délégation franco-italienne se rendra au Congrès de l’Association Marocaine de Protection des Plantes (Rabat 26-27 mars 2019), afin de présenter un état des lieux sur la lutte en (...)

13 mars, par Rédaction SNP

En pays Varois ....

Merci à ce support de Presse régional en pleine « remontada » de nous accueillir à nouveau pour présenter cette nouvelle technologie de détection très en amont des attaques de ravageurs. L’affaire commence à s’ébruiter puisqu’un (...)

Edito

Edito de février 2019

10 mars, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Retenons la date du 11 février 2019 , celle de la grande réunion de concertation organisée à la DGAL. Nous avons pu très correctement nous exprimer pour dire synthétiquement :
- Toute nouvelle réglementation doit également porter sur le papillon Paysandisia Archon
- Il faut donner un cadre légal même dérogatoire au piégeage massif qui est explicitement recommandé par l’ANSES. Le ministère doit ensuite (...)