Accueil > Représentation > Colloques > Colloques AFFP > Colloque de Bordeaux (Oct. 2015) > Le Nématode du Pin

Le Nématode du Pin

lundi 9 novembre 2015 - Rédaction SNP

Assisté le 22/10/2015 à Bordeaux à un colloque sur ce sujet de la plus grande importance . Le nématode du pin , un danger mortel pour toutes les forêts françaises. Présent au Portugal et dans une moindre mesure en Espagne, il n’est pas encore arrivé chez nous. Nous avons tout de suite été frappés par l’impressionnant parallélisme des formes avec nos préoccupations , sur l’ampleur d’une difficulté à venir et le sentiment d’une réponse publique pas à la mesure. Grande différence cependant, la sylviculture est une activité économique qui dégage des moyens financiers.

En vérité , la DGAL co-organisatrice avec AFPP dudit colloque devait y présenter avec 18 mois de retard un plan de lutte.  Raté, copie blanche car voilà que venait de sortir un rapport de l’ANSES qui bien que parcouru très rapidement remet en cause beaucoup de choses y compris au niveau européen dans la sommaire pratique des coupes rases.
 

Des exposés intéressants sur la reconnaissance, l’observation, la connaissance entomologique de la part de l’INRA des Fredons, des DRAAF. Intervention des professionnels (ont eu tort de ne pas en laisser trace écrite) qui ont eu du mal à cacher un agacement certain face aux lenteurs de l’Administration ( excellente, l’évocation des sylviculteurs non contemplatifs !!)

Témoignages importants des Portugais et des Espagnols qui ont appliqué -un peu aveuglément- les exigences d’abattage de la commission européenne. Professionnels qui connaissent bien par ailleurs, les performances de l’émamectine benzoate qui, pour ce végétal a une rémanence de trois ans . Mais au niveau économique ce traitement ne peut concerner que les pins d’ornement. Mais à l’échelle d’un massif forestier, est-ce matériellement possible et surtout une négociation est-elle envisageable ??

Surprise enfin, qu’à aucun moment de cette studieuse journée les traitements possibles contre le nématode et/ou son porteur n’aient été évoqués, comme si le fatalisme était en définitive la seule réponse à apporter à ce ravageur. Un des participants représentant d’une firme qui s’en étonnait, s’est vu opposé un silence vaguement condescendant.

 Donc aucun débat sur ce sujet, rien sur la lutte autocide pourtant pratiquée dans de nombreux pays, rien sur les progrès considérables de la science sur la modification génétique ciblée des porteurs qui propagent la maladie ( succès de la firme Oxitec dans la lutte contre la menace de la dengue ( nous lui avons consacré plusieurs articles sur notre site )....... no comment.

 

Derniers articles

20 janvier, par Rédaction SNP

Approche du Biocontrole....

Ce petit film de la SNHF et de l’Académie du biocontrôle est intéressant, didactique mais il faut ne pas perdre de vue qu’il s’agit de jardins d’amateurs et que nous sommes donc très très éloignés de solutions pouvant s’appliquer à (...)

16 janvier, par Jean-Marie Frizzole, Rédaction SNP

Gouvernement aux maires : attention pour utiliser des drones

https://m.nextinpact.com/news/105973-le-gouvernement-met-en-garde-maires-qui-voudraient-utiliser-drones-contre-fraude-fiscale.htm
Le député Masson n’est pas récompensé de son opiniâtreté puisque le ministre de la Cohésion des (...)

16 janvier, par Rédaction SNP

Pays des Alpes-Maritimes : Magazine hebdomadaire d’information

Ce magazine hebdomadaire très connu dans le département nous fait l’honneur d’un article sur nos rencontres de Monaco du 15 décembre conduites par Listephoenix associée aux "Fous de Palmiers" et SNP. Nous en remercions (...)

Edito

Edito de décembre 2017

5 janvier, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Dernier édito de l’année, date limite pour commenter un événement phare de 2017 : l’important rapport de l’ANSES sur la politique conduite par la communauté d’agglomération CAVEM (Var Est) dans la lutte contre le CRP. Nous l’avons publié dès sa sortie le 8 décembre, en annonçant que nous réservions nos commentaires pour laisser aux responsables de la CAVEM le temps de faire les leurs. (...)