Accueil > Partenaires*Pro > ANSES > Le ministre l’a dit.... de la transparence

Le ministre l’a dit.... de la transparence

jeudi 9 mai 2013 - Rédaction SNP

http://agriculture.gouv.fr/S-Le-Foll-veut-la-transparence

 Principe d’évidence, sur les traces de Générations Futures nous souhaitons sincèrement autant que sérieusement que ce principe s’applique à cette expérimentation.

 pas folle la guêpe au conditionnel

 Gardant à l’esprit nos difficultés d’accès à une expérimentation de même nature dans la ville d’Hyères cet été, gardant en mémoire l’avis de l’ANSES du 22 juin 2012 sur ce champignon

CONCLUSION de L’ANSÉS 
Sur la base d’un seul essai réalisé
dans un cadre expérimental avec une infestation artificielle, la souche
147 de Beauveria bassiana apparaît statistiquement aussi efficace que
l’imidaclopride pour lutter contre le charançon rouge du palmier, mais
significativement moins efficace que la souche 111 B005 de Beauveria
bassiana. Il conviendrait cependant de s’assurer que la souche de
champignon isolée des larves mycosées correspond bien à la souche de
champignon appliquée sur les palmiers. Par ailleurs, ces résultats
mériteraient d’être confirmés par d’autres essais.
En ce qui concerne
les périodes et les cadences d’application, l’efficacité constatée
après 3 applications sur une période de 1,5 mois ne permet pas de
garantir l’efficacité de traitements qui seraient réalisés 4 à 5 fois
par an, sur un rythme d’une application tous les 2 ou 3 mois. De plus,
au regard des données disponibles, il n’est pas possible de confirmer
que l’application de la préparation doit se faire pendant la période de
vol du ravageur et juste avant le pic de vol.
Quant à la dose, 8 à 10
g de spores de Beauveria bassiana par palme selon la taille et l’espèce
de palmier paraît adapté pour un traitement préventif visant
à éviter l’installation et/ou le développement du ravageur.
Compte
tenu de ces résultats, et dans le cadre de la recherche de solutions
alternatives aux solutions chimiques, le champignon Beauveria bassiana
pourrait entrer dans un programme de lutte contre le charançon rouge du
palmier Rhynchophorus ferrugineus, seul ou en alternance avec d’autres
produits.
Il convient toutefois de noter que les souches 147 et 111B005 de Beauveria bassiana ne sont pas 2
approuvées
conformément au règlement(CE)n°1107/2009 et de ce fait ne peuvent
entrer dans la composition de produits phytopharmaceutiques.

 A l’absence d’une communication majeure sur le sujet lors du colloque de Nice sur les ravageurs de palmiers sauf cette conclusion d’un intervenant espagnol J.A. JACAS
 

Overall, to improve R. ferrugineus control by entomopathogenic microorganisms, a more
deep investigation on the interaction between them and
R. ferrugineus immune system is
required. Studies, such as that of Manachini
et al. (2011), who studied the response of R.
ferrugineus
larval hemocytes to infection by B. thuringiensis and Saccharomyces cerevisiae
could contribute to this final goal.
 

 Considérant que la journaliste de 20 minutes prend à juste titre des précautions de rédaction.,

 Nous demandons au Copil de Nice de communiquer, enfin sur le sujet. En publiant l’autorisation ministérielle d’ expérimentation qui déterminera les conditions de son suivi nul doute que, parallélisme des formes, il sera confié à la FREDON PACA.

 Il conviendra aussi bien sur de s’assurer que même si elle est satisfaisante en termes d’efficacité cette stratégie de lutte est économiquement viable parce que nous sommes les payeurs directement ou indirectement.

Eurêka

Par Nice Premium du 8 mai le Copil Azuréen nous informe

"En 3 ans (2009 à fin 2012), le COPIL a réussi :
A fédérer 35 communes volontaires (à ce jour début 2013 36 communes des Alpes maritimes + 5 communes varoises) dans une stratégie de lutte intercommunale, ainsi que Monaco, au-delà des frontières administratives habituelles pour une stratégie de lutte coordonnée et cohérente avec l’échelle du territoire menacé".

Ainsi se trouve confirmé ce qui n’a donné lieu à aucune communication du Copil 83 que cinq communes du Var (Six-Fours, La Garde, Hyères, Le Lavandou, La Seyne-sur-Mer ) ont fait en quelque sorte "dissidence" Pour la communication grand public ça devient franchement compliqué, et la Fredon et la DRAAF PACA là-dedans ??!! 

les deux Copil vont-ils fusionner ? Est- ce l’émergence d’un Copil régional ? pourquoi pas..... le Conseil Régional s’intéresserait-il enfin au palmiers ?

Notre pétition au ministre le Foll avait bien déjà qualifié la situation "Les collectivités locales agissent en ordre dispersé sans aucune coordination."

 "Objectifs du Copil Azuréen 1/2

3. Mettre en oeuvre les projets de protocole expérimental du Beauveria Bassiana (> au chimique en Labo)

 

Protocole expérimental du beauveria contre le CRP pour les 24 communes volontaires du COPIL Azuréen suite à réunion du 17 avril dernier projet soumis à DGAL (en attente autorisation de la DGAL par nouvel arrêté ministériel- offrant une alternative sans obligation traitement chimique même partiel 100% tout bio)"

 Observations : les 24 communes volontaires sur les 41 du Copil azuréen et les 110 de la zone de lutte( 06) veulent se lancer dans une expérimentation pour laquelle elles sont en attente d’autorisation.

Comment expliquer que dans la ville d’Hyéres une expérimentation de même nature est en cours justement par la même entreprise.

 Quelles précautions d’usage ? Le champignon bio n’est pas si bio que cela ?? Phase de risque ? délai de rentrée ?

Franchement et sans parti pris tout cela manque vraiment de transparence....

Sur le fonds pourquoi, alors qu’aucun autre pays européens ne l’a fait, prendre le risque d’une lutte 100 % bio ? Et si le beauveria bassiana échouait ? (Efficacité insuffisante, coût trop important, absence de concurrence parmi les fournisseurs)

Et le principe de précaution ....?

Derniers articles

17 octobre, par Rédaction SNP

Un inventaire pas forcément rassurant...

L’éditeur égyptien HINDAWI nous livre un article bref qui attire l’attention sur le constat que les solutions naturelles sont pas toutes sans danger. Faut-il pour autant s’en désintéresser ? au contraire puisque la France (...)

17 octobre, par Rédaction SNP

Le retour de l’azadirachtin (Neem) ?

Cou-cou la re-voilà. La fameuse huile de Neem molécule Azadirachtine que l’on croyait enterrée sous l’accusation infamante de perturbateur endocrinien, referait-elle surface ? En tout cas c’est ce que pense le Canada, (...)

Edito

Edito de septembre 2018

14 octobre, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Nous avions prévu de terminer ce mois de septembre par une réunion de professionnels et de collectivités pour faire un point complet réglementaire et technique sur les ravageurs de palmiers. Les gendarmes du golf hôtel à Hyères avaient accepté de nous recevoir car ils sont très investis dans la défense de leur patrimoine palmiers et ils accueillent depuis des années les formations Art. 15 de la chambre (...)