Accueil > État sanitaire, progression des infestations > Le feuilleton niçois, nouvel épisode

Le feuilleton niçois, nouvel épisode

jeudi 11 janvier 2018 - Rédaction SNP

La mairie de Nice ( et Nice-Matin) se rendent donc à l’évidence la ville ne respecte pas la réglementation ( voir portfolio).

Christian Estrosi peut toujours interpeller Nicolas Hulot, pourquoi ne l’a-t-il fait plus tôt ? Aucune collectivité n’a le pouvoir de déroger à un arrêté ministériel.

Nous avons fait à ce sujet de nombreuses mises en garde dont la dernière https://www.sauvonsnospalmiers.fr/c-est-encore-loin-la-france.html Nous sommes également intervenus auprès du ministère. Pour des risques environnementaux potentiels, un maire, aussi puissant soit-il, a-t-il le pouvoir d’engager sa ville et son histoire dans la perte certaine d’autant de palmiers patrimoine centenaires ?

 On peut cependant se féliciter que le débat progresse. Mais méfions-nous de ne pas ajouter une langue de bois à une autre.

* En effet prétendre que la stratégie 3 est efficace à 98 %, c’est faire fi d’un rapport assez critique très récent de l’ANSES dont l’autorité n’est pas contestable. Les tenants de cette stratégie qui ont eux-mêmes demandé ledit rapport ne devraient-il pas au minimum s’y conformer ? En l’absence de commentaires des intéressés, nous avons analysé ledit rapport dans notre édito de décembre https://www.sauvonsnospalmiers.fr/edito-de-decembre-2017.html

* Tous les professionnels le savent et nombre de nos adhérents aussi, la stratégie la plus efficace #100 %, est celle du Confidor même si cette molécule demande d’infinies protections dans sa mise en œuvre, elle est une solution dans l’immédiat qui doit être très vite remplacée.

 En 2016 2017 SNP s’est battue en vain pour obtenir de la firme propriétaire de la stratégie 3 une généralisation de son tarif de promotion de 72 € qui aurait été préconisé et peut-être abondé par la région Provence Côte d’Azur avec en contrepartie, sachant que cette stratégie beaucoup trop invasive n’avait au mieux que 3 applications possibles, un effort de recherche et développement massif en direction des stratégies alternatives 100 % biologique. Malheureusement idéologie de salon et mercantilisme ordinaire ont fait bon ménage !!!

 Nous ne baissons pour autant pas les bras en demandant la généralisation du piégeage massif seule stratégie propre mais aussi la mise en œuvre de stratégies alternatives basées sur des champignons entomopathogénes et protections physiques par utilisation de répulsifs.

Si les pouvoirs publics n’accommodent pas la réglementation de mise sur le marché de telles formules ces produits ne verront pas le jour devant l’impossibilité économique d’y pourvoir et alors cette bataille sera perdue. 

L’enfer est pavé de bonnes intentions !!

 

 

Derniers articles

16 août, par Rédaction SNP

Eric Chapin conseille...

Source Lien horticole N° 314
En cette période estivale, les bioagresseurs ne font pas de pause. Notre expert en protection des plantes, Éric Chapin, synthétise quelques observations sur l’état des plantations et (...)

15 août, par Rédaction SNP

R&D la France à la traîne...

un classement qui explique beaucoup de choses...
S’il existe un autre classement en Recherche fondamentale il est plus que probable que nous serions mieux placés. Ceci explique cela et donc nos pauvres palmiers (...)

13 août, par Rédaction SNP

La Stratégie Phoemyc

Avec quelque retard, vacances obligent, voici donc une documentation sur ce nouveau produit * qui présente des caractéristiques extrêmement intéressantes en terme de cout et d’efficacité. On est guère surpris de l’accueil d’ores (...)

Edito

Edito de juillet 2018

10 août, par Rédaction SNP

Chers amis et passionnés du palmier,
Je vous avais promis de tout vous dire sur la gestion des palmiers de Nice. J’y reviendrai car malheureusement l’actualité réglementaire prend le pas. Simplement le temps de vous confier que nous avons au dossier une lettre de Bernard Baudin du 17 décembre 2014 Conseiller Espaces Verts du Maire de Nice qui reconnaît refuser l’application de l’arrêté du 21 juillet 2010 en affirmant n’utiliser que des (...)